Kopf SVV-Mitgliedschaft Breite einstellen

Die SVV heisst seit 2014: Swissveg

Unsere neue Homepage finden Sie hier: www.swissveg.ch


Seite veraltet!
Diese Seite wird nicht mehr aktualisiert! Unsere aktuellen Infos finden Sie auf unserer neuen Homepage: Swissveg.


Diese Seite wird nicht mehr aktualisiert.
Wir heissen seit 2014 Swissveg und sind nun hier zu finden: www.swissveg.ch

1er nov. 1999: Journée internationale végan

Dans son numéro d’automne 1997, le Vegi-Info qui n’existait alors qu’en allemand avait publié un article de Marianne W., une infirmière diplômée et conseillère sur l’allaitement maternel, mère de trois jeunes enfants, J., R. et K., et intitulé « Enfants crudivores végans ». La journée internationale végan est pour nous l’occasion de reprendre les lignes principales de cet article-témoignage.

Des enfants crudivores végans

Marianne qui attendait son 3ème enfant – elle avait deux jeunes fils qui souffraient d’allergies diverses – ressentait, bien que déjà végétarienne et ayant éliminé les sucres industriels, une fatigue permanente. Après avoir lu un ouvrage sur l’alimentation crue et végan qu’on lui avait recommandé, elle avait alors commencé, à l’essai, de manger des fruits pour son petit déjeuner. La suite avait été immédiate et étonnante: sa fatigue avait disparu. En deux mois, toute la famille mangeait crû aussi au repas du soir. Au début pourtant, à cause de la force de nettoyage des fruits, le corps évacue beaucoup de mucosités (sinusites, bronchites), une étape plutôt pénible, mais par la suite les bienfaits de cette alimentation furent perceptibles tant chez Marianne, dont la crainte de n’avoir pas assez d’énergie pour ses trois enfants avait été rapidement enterrée, que pour ses fils dont les allergies s’estompaient. Puis Kalina vint au monde.

Laissons la parole à Marianne:

«Depuis sa naissance, Kalina dormait moins que les autres bébés. Elle apprenait tout très vite. A deux mois, c’est avec conviction qu’elle établissait le contact avec les autres. Moi, en toute bonne conscience, j’avais écarté tous les vaccins, et mise à part une bronchite à 4 mois, due aux sécrétions accumulées pendant ma grossesse, Kalina n’a jamais été malade. Les gens autour de nous ont remarqué notre belle couleur de peau. Il est vrai qu’après une à deux heures au soleil, nous avions le teint hâlé. Par contre, j’ai réalisé à quel point le pain par exemple nous faisait du tort. C’est vrai que lorsque Jan prenait son petit déjeuner en compagnie de son père Zopf, il était grincheux et fatigué pour le restant de la journée. Quant à mon mari, Küde, au début, il ne s’est pas montré enchanté du changement d’alimentation, mais au vu de notre nouvelle vitalité, il nous a rejoints peu à peu.

Notre ‘régime’

Le matin nous mangeons des fruits. A midi, je prépare des légumes, des noix et des salades. Dans l’après-midi, je sers des céréales germées, des bananes et des fruits secs, et pour le repas du soir, des fruits avec des avocats. J’ai allaité Kalina pendant dix mois, ensuite je lui ai progressivement donné du concombre avec de la salade, et ajouté petit à petit des fruits. Lorsqu’elle a eu un an et demi, j’ai arrêté complètement de l’allaiter. Elle a alors mangé 1/3 d’avocat, 1 à 2 bananes et divers fruits, des pousses d’alalfa qu’elle a aimées d’emblée, des féculents, des noix et des graines. Toutefois, au début, elle avait un peu de peine à digérer ces dernières! Pour assurer sa ration quotidienne de calcium et de vitamine C notamment, elle boit le jus de trois oranges. Kalina sait très bien ce dont elle a besoin et nous savons que nous pouvons lui faire confiance à cet égard. Jan, qui était allergique au lait de vache et souffrait d’angine chronique, est maintenant aussi quitte de sa fatigue. Roman, quant à lui, s’est débarrassé du faux croupe qui accompagnait chacun de ses rhumes. A l’exception des maladies d’enfants, ils n’ont plus été malades. Lors d’une épidémie de grippe, nous avons tous éprouvé un peu de fatigue pendant un jour ou deux, avec des maux de tête, et ce fut tout! »

Quelques années plus tard (août 1997)

Maintenant Jan est en 4ème année primaire, Roman en 2ème et Kalina en 1ère. Pour leur entourage, ces enfants sont perçus comme vifs et attentifs. Proches de la nature, ils sont d’un tempérament joyeux et ont de nombreux intérêts. Vivant à la campagne, ils savent le nom des arbres fruitiers de la région et lorsque vient le temps de la cueillette des fruits, ensemble avec leurs parents ils montent aux arbres pour cueillir eux-mêmes les fruits qu’ils vont manger aux repas. Ce qui fait dire à Marianne qu’il faut en fait peu d’aliments pour élever sainement des enfants. La famille mange trois repas par jour mais les enfants emportent un « en cas » crû et végan à l’école. Jan et Roman n’ont plus d’allergies ; toutefois si les enfants mangent du pain offert par l’un de leurs camarades, les désagréables maux de tête et rhumes allergiques réapparaissent.

Etre parents crudivores et végans dans une société ominovre

Pour Marianne et son mari, ce mode d’alimentation n’est pas toujours bien perçu par les autres parents, ce qui peut, hélas, créer des difficultés et susciter quelques tensions. Pour ce qui concerne la santé, ils disposent d’une liste de médecins favorables à l’alimentation crue et puisent largement les informations utiles dans les ouvrages qu’ils ont publiés: une bonne connaissance de ce type d’alimentation est indispensable. Par exemple, pour éviter un manque de la vitamine B12 (précisions ci-dessous)1, 2 , ils ont appris à consommer régulièrement diverses pousses et graines germées, ainsi que de la spiruline et des algues. Par ailleurs, lors de blessures ou de maladies, la force de guérison agit par elle-même. Les enfants réalisent d’ailleurs par eux-mêmes à quel point ils sont forts et bien portants.

Autres aspects importants pour garder la forme

Avoir des pensées positives, pratiquer des exercices au grand air et exprimer librement ses émotions sont aussi des conditions importantes pour rester en bonne santé. Pour les parents, pouvoir discuter de ces sujets avec des amis rend l’altérité plus légère, et grâce à de tels échanges, il est possible de se donner les uns les autres force, énergie et conseils pratiques pour une vie et une alimentation saine. D’ailleurs c’est ensemble qu’ils partent en vacances et organisent des excursions.

1 Voir en fin d’article de courts extraits de la brochure « Végétalisme » 1996, Walter Steinrüch, B.P. 38, B-1630 Linkebeek (Belgique)
2 Feuille d’information de l’ASV « La vitamine B12 » sur demande au Vegi-Buro, CH-9315 Neukirch-Egnach