Kopf SVV-Mitgliedschaft Breite einstellen Hauptseite

Die SVV heisst jetzt: Swissveg
Unsere neue Homepage finden Sie hier: www.swissveg.ch


Die SVV heisst jetzt: Swissveg
Unsere neue Homepage finden Sie hier: www.swissveg.ch

Le «dernier mot» à propos de la viande

Je suis devenu végétarien à l’âge de 16 ans, à la suite d’un événement hors du commun qui influencera profondément ma vie à tout jamais. Il m’était déjà venu à l’esprit auparavant que quelque chose n’allait pas dans le fait de manger de la viande. Mais il ne s’agissait encore que d’une idée, demeurée au stade de la pensée, ce qui fait que je n’avais rien entrepris pour mettre cette idée à exécution. Puis, au cours d’un été où je participais avec d’autres jeunes à un camp, et que, assis parmi eux autour d’une table je me préparais à ingurgiter un juteux burger, la petite fille assise à côté de moi (elle était végétarienne, mais à ce moment là je ne le savais pas encore) m’a regardé moi et mon burger, avec une expression de dégoût et d’incompréhension, et m’a dit:

«Mike, tu vas vraiment manger cela?»
«Euh, oui », répondis-je.
«Mais, c’est un animal mort!»

Je me suis tourné vers elle, réalisant pleinement ce qu’elle disait. C’était vrai, il y avait un animal mort dans mon assiette. La manière dont elle a exprimé son sentiment a profondément frappé ma conscience. Elle n’a pas essayé de me convaincre que c’était une erreur de manger de la viande. Elle n’a utilisé aucun argument pour me la faire réaliser. Elle a simplement été honnête et franche.
«Mike, est-ce que tu vas vraiment manger un animal mort? » Ces mots continuaient de résonner dans ma tête. J’avais eu un comportement auquel elle ne s’attendait pas de ma part, alors que la proportion de végétariens dans notre groupe était pratiquement nulle!
Maintenant, vous vous demandez si j’ai quand même mangé le burger ce jour là. Evidemment non! Pas plus que je n’ai mangé de la viande le mois suivant. J’étais devenu végétarien sans même savoir comment on le devient. C’est pourquoi j’ai eu quelques problèmes et, au bout d’un mois, j’ai recommencé à manger de la viande. Heureusement, j’ai trouvé des livres sur le végétarisme qui m’ont aidé à faire le pas final. Depuis, la viande est sortie complètement de ma vie.
Les événements sont parfois bien étranges. Cette petite fille végétarienne semble être apparue dans ma vie juste au bon moment. Comme si elle avait su que j’y avais déjà pensé, que j’avais fait dans cette direction plus de chemin que les autres jeunes autour de moi qui ont, pour leur part, continué d’ingérer chaque jour des animaux morts sans y prendre garde.
Cela, c’était il y a quinze ans.
Depuis lors, j’ai beaucoup appris sur le végétarisme. J’ai appris quantité de choses sur la santé et l’environnement par rapport au végétarisme. J’ai aussi fait la connaissance de tous les types de végétarien, depuis les apôtres de la santé qui pensent que le bouillon de bœuf et la gélatine sont toujours acceptables jusqu’aux végétariens végans militant pour les droits des animaux qui déversent du ciment dans les toilettes des McDonald’s. A un certain stade, j’ai opté pour le végétarisme cru, celui qui permet d’arriver effectivement à une guérison individuelle et un éveil planétaire.
Lorsqu’on me demande pourquoi je suis végétarien, je sais que j’ai beaucoup à dire. Je pourrais expliquer tellement de choses à propos des souffrances des animaux, combien les cochons, les poulets, les vaches, sont maltraités. Sur la folie des usines d’animaux, sur la dureté des abattoirs. Ou encore sur l’abattage des arbres en Amérique du sud, ou les pollutions engendrées par la production intensive de viande. Et sur le gaspillage des ressources en eau. Je pourrais aussi parler des maladies cardiaques, des artères obstruées et du cancer du côlon. Je pourrais en dire long sur les résidus d’hormones et de pesticides et sur toutes les questions de santé liées à la consommation de la viande. Cependant, la seule chose que je peux dire et qui soit évidente est :
«On ne mange pas un animal mort!»
Cela ne se fait simplement pas.
Cette petite fille qui a croisé mon chemin il y a quinze ans ne m’a pas parlé de la forêt tropicale. Ni du cholestérol, ni de rien de tout cela. Elle a juste fait valoir que là, dans mon assiette, il y avait le corps d’un animal mort. Avec ce que je sais maintenant, je devrais plutôt dire le cadavre brûlé d’un animal malade qui a été abattu. Car la viande, c’est vraiment cela.
La mort.
Et pourtant, des personnes demeurent dans l’incertitude à propos du végétarisme. Il y en a qui sont végétariennes pendant plusieurs années, puis recommencent à manger de la viande. C’est qu’au profond de leur subconscient, les mensonges de la société carnivore n’ont pas été complètement expurgés. Se pourrait-il qu’au fond de nous-mêmes nous éprouvions à la fois ce dégoût extrême envers le fait de tuer des êtres sensibles et le sentiment d’être partiellement carnivores? Je ne le crois pas.
De nombreux végétariens végans ne mangent pas de viande pour des raisons éthiques mais semblent cependant croire qu’il est difficile de trouver ailleurs les nutriments contenus dans la viande. Ils sont tellement convaincus que leur corps a quand même besoin de viande qu’à un moment, par suite de ces sentiments de peur et de doute, ils sont effectivement atteints de carences (sans mentionner l’abominable nourriture cuite à laquelle ils sont fidèlement attachés).
Je suis surpris, après toutes ces années de végétarisme, de voir comment cette société carnivore a réussi génération après génération à imprimer profondément la croyance en la nécessité de la viande. Même des végétariens (y compris des crudivores) tombent encore dans le piège de tous ces mensonges.
Pour moi, il n’y a qu’une réponse à ce non-sens: On ne mange pas un animal mort.
C’est une erreur de le faire.
Point.

Mike Petrucci

Cet article a été extrait du journal végétarien crudivore « Just eat an Apple » (Mangez simplement une pomme).

Article original en anglais sous: http://www.sunfood.net/jeaa/articles/art5.html
Et en allemand dans le Vegi-Info No. 13.



[en haut

[Retournez à l`index]


   
© Schweizerische Vereinigung für Vegetarismus (SVV) | www.vegetarismus.ch | Impressum