Kopf SVV-Mitgliedschaft Breite einstellen

Die SVV heisst seit 2014: Swissveg

Unsere neue Homepage finden Sie hier: www.swissveg.ch


Seite veraltet!
Diese Seite wird nicht mehr aktualisiert! Unsere aktuellen Infos finden Sie auf unserer neuen Homepage: Swissveg.


Diese Seite wird nicht mehr aktualisiert.
Wir heissen seit 2014 Swissveg und sind nun hier zu finden: www.swissveg.ch

Le parcours du végétarien est basé sur l’action concrète!

La psychologie moderne nous fait croire que nous pouvons régler nos problèmes uniquement par le dialogue et le raisonnement et qu’ensuite notre vie devient en un éclair plus heureuse et facile.
Il n’est plus jamais question d’une pratique nécessitant patience et application, car cela demande trop d’effort et c’est ennuyeux. Le fast-food est également de mise en psychologie! Les mots ascétisme et ascète sont relégués au fond du tiroir. Mais l’ascétisme signifie à l’origine : recherche de l’obtention de la maîtrise dans une discipline.
L’ascétisme doit être considéré d’un point de vue philosophique comme une gymnastique morale. Il ne vise pas comme la morale à réglementer les pratiques, mais il cherche par la rationalité et l’efficacité la réalisation parfaite.
Le philosophe contemporain allemand Wilhelm Schmid considère que, sur le thème de l’art de vivre, on devrait toujours se répéter « Est-ce juste ce que je fais ? » Il est important d’opérer un choix conscient. Notre vie se compose d’un surplus d’offres séduisantes que nous ne pouvons pas réaliser. Il est souvent douloureux parmi 10 possibilités de n’en choisir qu’une et de laisser tomber les 9 autres. Il faut pour cela s’exercer au renoncement.
Un exercice nous aidant dans le chemin de l’art de vivre consiste par exemple à se décider librement de jeûner et se promener. Nous renonçons d’abord à la nourriture et ensuite aux moyens de transport.
L’expérience que nous faisons par le jeûne et la marche est que, après une semaine durant laquelle nous absorbons uniquement du liquide, un repas solide est ensuite mieux apprécié. C‘est la conséquence d’un choix alimentaire plus approprié.
Quel ami des animaux n’a jamais pensé : il faudrait que je ne consomme plus de viande, je ne devrais plus boire de lait ni manger d’œufs pour être en accord total avec ma conscience. L’intention est clairement là, mais la volonté…
Il y aurait davantage de végétariens sur terre si les gens savaient comment réussir le début d’une alimentation sans viande.

Le jeûne : une aide sur le chemin du végétarisme

Après une semaine sans nourriture solide, on ressent une transformation physique et psychique. On devient résolument plus gai et les sens sont plus aiguisés. Cela signifie que ce qui auparavant semblait salé ou sucré est ressenti après le jeûne comme beaucoup trop salé ou beaucoup trop sucré. On est ainsi au point zéro du goût et des habitudes. C’est la meilleure occasion d’adopter de nouveaux chemins. Les buveurs de café réussissent à boire une tisane le matin. Les mangeurs de viande sont satisfaits avec le goût des légumes, salades, céréales et pommes de terre et découvrent que la chair des fruits est la meilleure « viande ».
Dans les stages jeûne/promenade, il y a en moyenne 50% de végétariens. Lorsqu’on examine leur histoire, on voit qu’ils ne sont pas devenus végétariens du jour au lendemain. Quelques -uns le sont depuis leur naissance. Mais la plupart des autres végétariens ont une longue histoire de développement derrière eux. Souvent c’est à la suite de maladies ou d’allergies qu’ils ont renoncé à la viande. Que se passe-t-il lorsqu’on prive quelqu’un contre sa volonté ? Il se crée alors un manque qu’on cherche à combler. Dans ce chemin « forcé » on rencontre souvent ce qu’on nomme des végétariens-pudding : ils ne mangent pas de viande, mais après le repas qui n’est pas complet, ils ont encore faim et se ruent sur les sucreries. Les conséquences en sont des carences alimentaires car le sucre est un voleur de vitamines et de sels minéraux. Ces végétariens ne sont pas pour nous des modèles car ils se sentent handicapés et destinés à le rester!
Les végétariens accomplis ont quant à eux franchi d’autres étapes dans leur développement. Voici l’histoire d’un participant :
Comme petite fille elle a été nourrie avec beaucoup de viande. A l’âge de 16 ans, elle a découvert les conditions d’élevage des porcs et des veaux. Les images de la souffrance des animaux ont empêché cette jeune fille sensible de dormir. Elle ne mangea plus ni porcs ni veaux. Ce fut le premier pas. D’autres suivirent. Finalement, les poissons étant aussi des animaux sensibles, elle arrêta de consommer du poisson. Ensuite commença l’apprentissage de la bonne façon de se nourrir. Elle découvrit que les plantes fournissent des protéines très digestes. Une réorientation de sa manière de cuisiner fut l’étape suivante. Comme les repas constituent un événement social, un autre cercle d’amis se constitua. Elle apprit encore. Elle en vint à pratiquer la marche et le jeûne et me raconta son histoire.
Aujourd’hui cette femme a plus de 50 ans et jouit d’une excellente santé. Sur le chemin du végétarisme s’inscrivent plusieurs étapes. Nous les franchissons toujours par la pratique et des actions concrètes avant d’aller plus loin. Le jeûne et la marche peuvent constituer une des étapes.

buffet


Dans la semaine jeûne/marche organisée par Regi, on y apprend les principes d’une cuisine végétarienne composée de beaucoup de fruits et légumes crus. Afin que dans les bagages du retour, il n’y ait pas que de la théorie et des bonnes intentions, le dernier soir, un buffet avec des légumes crus et des sauces végétales succulentes est offert. Les recettes sont distribuées. Les nombreux invités expérimentent qu’on peut manger des asperges crues et que pour réussir une sauce, il n’est pas nécessaire de mettre du beurre, du quark ou des œufs. Les participants n’oublieront jamais les belles couleurs et les formes somptueuses de ce buffet de légumes. Qui s’étonnera qu’environ les deux tiers des inscrits à ces stages de jeûne/marche y ont déjà participé au moins une fois ?

Vous obtiendrez des renseignements et de la documentation au tél 071 / 245.52.02 ou auprès de Regi Brugger à Ausserberg/Valais au 027 / 945.11.33