Kopf SVV-Mitgliedschaft Breite einstellen

Die SVV heisst seit 2014: Swissveg

Unsere neue Homepage finden Sie hier: www.swissveg.ch


Seite veraltet!
Diese Seite wird nicht mehr aktualisiert! Unsere aktuellen Infos finden Sie auf unserer neuen Homepage: Swissveg.


Diese Seite wird nicht mehr aktualisiert.
Wir heissen seit 2014 Swissveg und sind nun hier zu finden: www.swissveg.ch

Nouvelles de l’Association végétarienne de Genève

Extrait d’un texte du Dr. Max-Otto Bruker, Professeur de la Clinique Krankenhaus Lahnhöhe à Lahnstein (Allemagne). Traduit par R. Lauth.

La médecine officielle persiste à soutenir le dogme de la nécessité absolue de protéines animales pour l’homme. Les arguments employés contre le végétarisme s’appuient essentiellement sur les résultats d’analyses d’ordre chimique sans tenir compte des observations faites à grande échelle sur de nombreuses population ayant une histoire de plusieurs milliers d’années. En reprenant toute la littérature scientifique des 50 dernières années, on ne trouve aucune base scientifique capable d’étayer la théorie qui veut qu’un tiers des protéines consommées soit obligatoirement d’origine animale. Et pourtant, à chaque occasion, que ce soit dans les facultés, dans les livres, dans la presse ou ailleurs, la thèse du « viandisme » continue à être présentée comme une vérité évidente.

Il est urgent de lutter contre ce préjugé avec tous les moyens disponibles, non seulement pour des raisons de probité et d’honnêteté scientifiques, mais encore à cause de la situation alimentaire préoccupante dans le monde. Car on pourrait nourrir cinq fois plus d’humains si on n’avait pas pris le détour inutile passant par l’animal et conduisant au gaspillage. Et dire que dans les pays «« riches » la courbe de consommation de protéines animales continue de grimper.
Ainsi le fait incontestable que depuis les origines de l’humanité des milliards d’hommes aient vécu en bonne santé sans protéines animale est en contradiction flagrante avec la théorie soutenue par la médecine officielle qui veut justement que ces protéines soient indispensables.