Kopf SVV-Mitgliedschaft Breite einstellen

Die SVV heisst seit 2014: Swissveg

Unsere neue Homepage finden Sie hier: www.swissveg.ch


Seite veraltet!
Diese Seite wird nicht mehr aktualisiert! Unsere aktuellen Infos finden Sie auf unserer neuen Homepage: Swissveg.


Diese Seite wird nicht mehr aktualisiert.
Wir heissen seit 2014 Swissveg und sind nun hier zu finden: www.swissveg.ch

Le jaïnisme, philosophie de la non violence

Ahimsa-Symbol
Pourquoi, écrire un article sur le jaïnisme, une religion indienne presque inconnue, juste avant Noël, fête de l’amour ? C’est précisément le bon moment, car les points communs entre le jaïnisme et Noël sont l’amour, le respect et l’attention.

Traudel Pandya

Dans le jaïnisme, cela se nomme l’AHIMSA, principe de non violence qui est la règle éthique suprême. Exprimé autrement : sans AHISMA, il n’y aurait pas de jaïnisme pour lequel l’AHIMSA ne signifie pas seulement l’absence de violence, mais aussi la sollicitude et l’amour interprétés et vécus de manière conséquente comme dans aucune autre religion. Ahimsa signifie pour les jaïns, la non violence dans la pensée, dans les paroles et dans les actes. Le principe ne se limite pas à certaines activités, il n’admet aucune incitation active ou passive à la violence. Une attention soutenue dans les relations avec tous les êtres vivants mène à une conception profonde et complète de l’Ahimsa.
Par exemple, les personnes qui achètent de la viande ne pratiquent pas directement la violence, mais encouragent d’autres à la pratiquer. Les agressions verbales ou par la pensée mentale, sous la forme de mauvais souhaits envers d’autres êtres, sont également de la violence qui a un effet qui se retourne ensuite sur soi-même. Une autre composante de l’Ahimsa est l’ANEKANTAVADA, enseignement de la relativité, qui est la deuxième doctrine éthique des jaïns. Il prône qu’il est nécessaire d’appréhender une réalité sous toutes ses facettes pour obtenir une vue globale. Une considération ou une opinion univoque n’est jamais complète. Une grande tolérance est encouragée, car la réalité est trop complexe pour être réduite à un seul point de vue. Tout le monde a déjà expérimenté des discussions sans fin qui mènent souvent à des disputes au cours desquelles chacun essaie de présenter son point de vue comme le seul qui soit juste et qui veut l’imposer aux autres comme tel. Mais, comme pour une pièce de monnaie posée sur la table et dont on ne voit qu’un seul côté, on doit se souvenir qu’il y a toujours une face cachée. Ainsi est la réalité.
On ne doit pas se murer dans l’obstination. Il faut tenter de s’en extraire pour comprendre les différents points de vue. Il faut s’efforcer de ne pas exprimer ses opinions par la Himsa (violence) verbale.
Pour comprendre davantage ces principes, il faut se rapprocher de la philosophie jaïne. Le jaïnisme ne connaît pas de dieu externe. Le divin est dans tous les êtres vivants : hommes, animaux, plantes, mais pas dans les matériaux inanimés. Il y a une conception dualiste qui différencie JIVA et AJIVA. La Jiva c’est l’âme, l’énergie sensible qui est la caractéristique principale de la conscience qui comprend la connaissance et l’intuition. L’Ajiva, c’est la matière, c’est-à-dire tout ce qui ne comprend pas d’énergie sensible. Elle se compose de 5 éléments de base : le mouvement, le repos, l’espace, le matériel solide et le temps.
Dans chaque être la Jiva et l’Ajiva sont liés car sans âme, nous serions morts et sans la matière du corps, nous serions invisibles. Le lien entre la Jiva et l’Ajiva est renforcé et réduit par le karma, le principe de la cause. Chaque pensée, chaque mot, chaque acte, entraînent un karma qui dans le jaïnisme est considéré comme de la matière subtile.
Le mauvais karma comme la violence, l’avidité et la haine, renforce ce lien, et le bon karma, comme la recherche de la connaissance et les bonnes actions, l’affaiblit.
Au moins on est lié au karma, au plus on peut développer son potentiel car on n’est plus freiné par le mécanisme d’action/réaction. Dans la philosophie jaïne, le but le plus élevé est de se libérer du lien karmique. L’âme doit se détacher de la matière et rejoindre la mort dans la Moksha en état de liberté, afin de ne plus devoir retourner dans le cycle de la vie.
Dans la recherche du Moksha les jaïns essaient d’exercer le moins de Himsa possible dans leur vie de tous les jours, afin de se placer dans une position plus éthique. Les vœux sont plus ou moins forts selon que l’on est moine ou nonne, ou alors laïque. Les vœux de base pour les laïques sont : pas de violence, pas de mensonge, pas de vol, pas d’impureté sexuelle, pas d’avidité.
L’engagement a des influences dans la vie de tous les jours : le végétarisme est un principe parmi d’autres. Les jaïns ne doivent pas escroquer ; ils doivent choisir une profession en accord avec leur philosophie. Les métiers comme bouchers, tanneurs etc, sont exclus. Les métiers typiques pour des jaïns sont : commerçants, thérapeutes, enseignants.
Pour ne pas avaler d’insectes et éviter de commettre l’Himsa, les moines et les nonnes portent une protection sur la bouche. Les autres jaïns pratiquent leur Pujas (rituel religieux).
Au terme de cet article se pose la question de savoir dans quelle mesure on peut pratiquer le jaïnisme en Europe ? Cela peut se réaliser, mais il y a des règles qui sont difficiles à respecter avec les horaires de travail en vigueur dans nos pays, par exemple le fait de ne pas pouvoir manger après le coucher du soleil. Pour ces principes, il faut trouver des compromis.

Questions sur le jaïnisme:

Combien de jaïns y a-t-il en Inde et dans les pays de langue allemande ?
En Inde il y a 5 millions de jaïns et dans les pays de langue allemande, une centaine.

Comment se nourrissent les jaïns ?
Par une nourriture végétarienne basée sur la cuisine indienne. La cuisine indienne comprend la tradition ayurvédique qui admet l’influence de la nourriture et des épices sur le corps et la psyché. Pour les moines et nonnes de certaines sectes, il y a interdiction de manger de la nourriture qui pousse sous la terre, pour éviter de tuer ou de blesser les êtres vivants qui vivent dans le sol.

Est-ce que tous les jaïns portent une protection sur la bouche?
Non, seuls les moines et les nonnes de certaines sectes portent une protection sur la bouche. Les autres ordres doivent pratiquer leur Pujas et lire des livres sacrés.

Les jaïns sont-ils hindouistes ?
Non. Le jaïnisme est antérieur à l’hindouisme, car dans les Védas, écritures sacrées hindouistes, écrites 4’000 ans avant J-C. il est indiqué que les Jaïns sont les 3 premières des 24 Tirthankara. Une différence importante existe entre le jaïnisme et l’hindouisme : le jaïnisme ne connaît pas de dieu.

Y a-t-il des temples jaïns ?
En Inde, il y a beaucoup de très beaux temples jaïns et on construit encore de nouveaux temples. Il y a également des temples en Angleterre, en Amérique et en Afrique.

Pour plus d’information sur les Jaïns (en allemand) :
Jaïn Association International
Schweriner Str. 5
D-24558 Henstedt-Ulzburg
Allemagne

Internet (en anglais): http://www.jaina.org

Dernière actualisation de cette page indiquée: 9.12.2008

[en haut


   
© Swissveg (ehemals: Schweizerische Vereinigung für Vegetarismus (SVV)) | www.swissveg.ch | Impressum