Kopf SVV-Mitgliedschaft Breite einstellen Hauptseite

Die SVV heisst jetzt: Swissveg
Unsere neue Homepage finden Sie hier: www.swissveg.ch


Die SVV heisst jetzt: Swissveg
Unsere neue Homepage finden Sie hier: www.swissveg.ch

L’Europe folle!
Primes à l’exportation et transports d’animaux

Depuis l’automne 1996, l’Union Européenne paie pour chaque veau âgé de moins de 20 jours qui est «détruit», une prime de 230 à 290 DM! Jusqu’à la fin de janvier 1997, 120’000 veaux âgés de quelques jours seulement ont été transportés d’Allemagne vers la France (ou le Portugal ou la Grande-Bretagne). Là ils sont transformés en farine animale ou en nourriture pour chiens et chats ou encore simplement «détruits».

«250 millions d’animaux dits-de boucherie sont transportés en Europe chaque année. Jusqu’à 10% des animaux endurent de grandes souffrances.»
Eberhard Irlinger, député de Bavière.

Le but est d’ «éliminer» 1 million de veaux. Pour obtenir les primes, une véritable mafia s’est développée: par exemple depuis 1997, l’élimination de veaux est interdite en Bavière, alors les veaux sont exportés, vers la France par exemple, pour être «éliminés». La Bavière exporte ainsi 100’000 veaux par année. Un contrôle complet de ce trafic est impossible.
La Suisse profite-t-elle de ces primes? la réponse n’est pas connue (mais peut-être l’industrie suisse de la viande nous offrira un nouveau scandale à ce sujet!). Il est cependant sûr qu’en Suisse 770’000 bovins sont élevés en permanence (en 1995 1,8 millions de bovins ont été élevés).
Pour la production de lait, les vaches sont inséminées artificiellement chaque année (la production de lait est largement subventionnée). Les veaux qui en résultent sont normalement engraissés pour la production de viande. Comme la vente de veaux mâles issus des races laitières ne rapporte plus assez, les primes à l’élimination constituent un revenu bienvenu pour les producteurs de lait.
Les veaux peuvent être vendus dès leur naissance, transportés puis abattus. Ce système a pour but d’éviter l’effondrement du prix de la viande dans l’Union européenne. Au début de l’année 1997, les premiers effets de ces mesures sont apparus: le prix du morceau de veau s’est élevé à 6,68 DM le kilo contre 5,98 DM l’année précédente.

UE exportation des bovins vivant:
1988: 3’000
1992: 285’000
1995: 660’000

Pour la même raison, les transports d’animaux vivants sont aussi subventionnés. Ces subventions ont des conséquences désastreuses pour les animaux: En 1988, 3000 animaux vivants ont ètè exportés d’Europe (pour l’élevage en grande partie). Après la mise en place des primes à l’exportation en 1989, le nombre d’animaux a augmenté dramatiquement et s’est monté à 660’000 bovins en 1995. L’exportation de bovins vivants hors d’Europe est «récompensée» par des subventions de 15% plus élevées que si l’animal est abattu sur place, puis transporté! Cela fait en moyenne par animal 200 DM de profit supplémentaire et davantage de souffrances.
Pour un taureau de 500-600kg l’UE paie l’exportation (animal vivant) 1500 DM (en plus du prix de base de 1000 DM).
L’Union Européenne paie ainsi 600 millions de DM en subventions pour éliminer les «surplus» de viande d’Europe. Ce qui est complètement aberrant économiquement lorsqu’on sait qu’en Allemagne, l’industrie d’engraissement des bovins encaisse chaque année 830 millions de DM de subventions!

Sources / Informations supplémentaires:



[en haut

[Retournez à l`index]


   
© Schweizerische Vereinigung für Vegetarismus (SVV) | www.vegetarismus.ch | Impressum