Kopf SVV-Mitgliedschaft Breite einstellen Hauptseite

Die SVV heisst jetzt: Swissveg
Unsere neue Homepage finden Sie hier: www.swissveg.ch


Die SVV heisst jetzt: Swissveg
Unsere neue Homepage finden Sie hier: www.swissveg.ch

Antibiotiques pour les animaux de rente

«L’utilisation massive d’antibiotiques pour l’engraissement des animaux devrait être interrompue immédiatement. Cela a mené à l’affaiblissement des humains face aux agents infectieux devenus résistants aux antibiotiques.»
WHO / OMS, 1977

«Il y a un lien direct entre l’utilisation d’antibiotiques dans les élevages d’animaux et l’augmentation des souches résistantes aux antibiotiques qui contaminent l’homme.»
WHO / OMS, 1997(1)

On connaît depuis 20 ans les conséquences de l’utilisation généralisée des antibiotiques dans les élevages. Ces faits ont été minimisés ou niés par l’industrie de la viande. On peut comparer la situation avec l’industrie du tabac. Aussi longtemps que le commerce fonctionne, l’industrie des animaux de boucherie ne changera pas.
Même si, en novembre 1997, on a découvert une bactérie résistante aux antibiotiques dans du fromage suisse et que cette nouvelle a été rapportée par les médias, les politiciens se demandent s’il faut améliorer les conditions d’élevage des animaux! Cela aura-t-il des conséquences sur l’emploi massif d’antibiotiques dans les élevage suisse? Ceci reste à prouver... 80 tonnes d’antibiotiques sont utilisés chaque année dans les élevages suisses (c’est quatre fois plus que les quantités prescrites par les médecins pour les patients en Suisse !). La majorité des antibiotiques sont mélangés à la nourriture, parfois les produits sont directement injectés dans le pis des vaches laitières.
La surproduction de lait ne va pas sans causer des problèmes de santé pour les vaches. Les souches de bactéries résistantes aux antibiotiques se développent à grande vitesse dans les élevages intensifs, provoquant de plus en plus de maladies chez les animaux et indirectement chez les humains. De nombreux antibiotiques ne font plus d’effet, causant la mort de plus en plus de patients.
Il est à noter que l’utilisation d’antibiotiques est autorisée uniquement en cas de maladie chez les vaches laitières. Cependant on a trouvé des bactéries résistantes aux antibiotiques dans du lait!

«Environ la moitié de la production mondiale d’antibiotiques sont utilisés comme stimulateurs de croissance et comme médicaments pour animaux dans l’agriculture»
Professeur Michael Teuber de l’Institut pour la science de l’alimentation à l’EPF Zurich(3)

Peu d’espèces animales d’élevage échappent à la loi de l’exploitation pour maximiser le profit de l’éleveur: on administre des antibiotiques aux bovins, poulets, porcs, poissons et même aux abeilles. De plus, les méthodes d’analyse permettant de détecter les résidus d’antibiotiques dans la viande ne sont pas toujours fiables.
L’argument économique n’est pas valable: la Suède a interdit l’administration d’antibiotiques dans la nourriture depuis 10 ans, sans que les paysans en subissent des dommages. Que devons-nous faire? Beaucoup de médecins conseillent de manger des produits animaux bien cuits. Ainsi si les antibiotiques sont toujours présents, les souches résistantes sont tuées. D’autres médecins mettent cependant en garde leur patients contre les méfaits des protéines animales trop cuites et conseillent plutôt de consommer la viande peu cuite! Il y a donc dans tous les cas des risques de consommer de la viande.
La solution serait-elle de supprimer la consommation de tous les produits animaux? Mais les légumes aussi peuvent être contaminés par des souches résistantes aux antibiotiques si le paysan épand sur ses cultures des engrais à base d’excréments d’animaux. Et c’est malheureusement souvent la règle, également dans la production bio.
Ceux qui veulent éviter tout risque sont contraints de cultiver leurs légumes eux-mêmes ou de les acheter auprès d’agriculteurs utilisant des engrais végétaux.

  1. Puls-Tip, 11.11.1997; Nature, 23.10.97; Ärzte-Zeitung, 20.10.97: WHO warnt vor zu viel Antibiotika in der Tierhaltung.
  2. K-Tip, 19. Nov. 97, Seite 13
  3. Blick, 24. Okt. 97


[en haut

[Retournez à l`index]


   
© Schweizerische Vereinigung für Vegetarismus (SVV) | www.vegetarismus.ch | Impressum