Kopf SVV-Mitgliedschaft Breite einstellen

Die SVV heisst seit 2014: Swissveg

Unsere neue Homepage finden Sie hier: www.swissveg.ch


Seite veraltet!
Diese Seite wird nicht mehr aktualisiert! Unsere aktuellen Infos finden Sie auf unserer neuen Homepage: Swissveg.


Diese Seite wird nicht mehr aktualisiert.
Wir heissen seit 2014 Swissveg und sind nun hier zu finden: www.swissveg.ch

Nicolas Müller, star suisse de snow- et de skateboard:

«A 10 ans, j’ai eu un cauchemar – dès lors je suis végétarien!»

Les médias le disent «précurseur», «export suisse de snowboards le plus lucratif» ainsi que «star sportive suisse la moins connue»: depuis des années déjà, Nicolas Müller compte parmi l’élite absolue. En 2008, il a été élu snowboardeur de l’année pour la deuxième fois. On le dit être l’athlète des sports d'hiver gagnant le mieux de Suisse. Pourtant, il est peu connu en dehors de la scène freestyle. Il est vrai qu’il ne participe que rarement à des compétitions et d’autant moins aux événements de la Fédération Internationale de Ski traités dans les médias. Il préfère s’impliquer dans des films de snowboard, poser pour des revues et vivre son idéal écolo en tant que propriétaire d’une entreprise de vêtements (voir encadré). Nous avons voulu en savoir plus sur son mode d’alimentation:

Nicolas Müller
Tu es végétarien depuis l’âge de 10 ans – est-ce dû à un événement spécial?

A cet âge, j’ai fait un terrible cauchemar. Dans mon rêve, je me suis retrouvé dans la peau d’une vache à l’abattoir devant une scie à ruban. Ce sentiment de terreur était si atroce que j’ai décidé de ne plus jamais manger de la viande.

T’es-tu déjà penché sur l’alimentation végétalienne?

Bien sûr, j’adore la cuisine végétalienne!

Quel est ton plat préféré?

Hmm.. C’est difficile à dire, car il y a tellement de bonnes choses sur cette planète! Ce dont je raffole, c’est par exemple les plats de quinoa aux légumes. Cette céréale nous donne une bonne partie de ce dont nous avons besoin pour être en forme. Ce que j’adore aussi, c’est le röschti: je râpe des pommes de terre crues que je fais revenir dans de la graisse de coco native qu’on peut faire chauffer sans formation de carcinogènes. 

En tant qu’individu, quels sont les changements que tu aimerais effectuer par ton alimentation?

Je souhaite qu’il n’y ait plus de sang qui coule.

Y a-t-il beaucoup de végétariens sur la scène du snowboard?

Malheureusement non, beaucoup de sportifs pensent encore avoir besoin de viande. Or, il serait plus sensé de consommer des aliments contenant beaucoup de lumière. La viande reste trop longtemps dans nos intestins, ce qui provoque une suracidifaction du corps favorisant les blessures et les maladies.

En tant que sportif, tu es souvent en route. Est-ce facile de rester en forme tout en mangeant hors de chez toi?

En voyage, ce n’est pas toujours facile. Une chose qui m’inquiète, c’est la quantité de blé qui est consommée dans le monde entier. J’essaie d’avoir le plus de produits d’épeautre possible, sous forme de pain, de pâtes ou de farine. Mon menu contient toujours beaucoup de fruits et de légumes frais. Les compléments alimentaires tels que la poudre de Gerstengras, açai ou maca me sont presque indispensables pour rester en forme. Ensuite, je préfère aller un peu plus loin pour faire mes courses dans des magasins bio, existant dans le monde entier. Il suffit de les chercher. La plupart du temps, il s’agit alors de bien préparer les voyages, ce qui vaut d’ailleurs bien la peine. Si je suis bien préparé, j’ai plus de plaisir en voyageant, je reste en bonne santé, et cela me permet régulièrement de vivre d’incroyables moments de rêve!

Comment réagis-tu face à des gens qui se sentent agressés par le fait que tu es végétarien?

C’est classique! Je réagis différemment en fonction de mes interlocuteurs. En tout cas, j’essaie de rester calme afin de percevoir la manière dont il faut parler à la personne en question. Entre-temps, j’ai acquis pas mal d’expérience pour faire face à ce genre de situation. En fin de compte, on réalise que souvent, la personne a mauvaise conscience en quelque sorte, car au fond de son âme, chacun ressent qu’il y a là quelque chose qui ne va pas.

Ta conscience écologique s’affirme dans plusieurs projets. Quelle est ta motivation pour cet engagement?

La motivation vient du coeur. A chaque fois que je m’implique dans un projet, je veux être certain que cet acte se constitue par amour et par respect de toute forme de vie sur cette planète.

Voilà peu que tu as acheté une parcelle de forêt tropicale au Brésil. Pourquoi?

Pour le sauver du déboisement. Cela fait partie de mon engagement personnel. J’aimerais rendre à la nature autant que possible de ce qu’elle m’a donné.

Quelle serait pour toi une des entreprises primordiales si tu étais à la tête du monde?

J’annulerais l’invention de la roue.

Quels sont tes souhaits pour l’avenir?

Plein de terres abondantes et des amis avec qui les cultiver, des amis qui partagent mon estime de cette qualité de vie.

Nell Andris
Traduction: Olivia Villard

 

Nicolas Müller en bref

Né à Zurich, le célèbre snowbordeur a grandi à Aarau et vit actuellement à Laax, GR. En 2001, il a gagné le Freestyle à Zurich. En matière de snowboard, hauteur et distance lui importent aussi peu que le nombre de rotations: Nicolas se concentre entièrement sur l’esthétique personnelle qu’il attribue à chacun de ses mouvements. A présent, il voyage dans le monde entier, aussi bien pour le sport qu’en tant que représentantr et directeur d’"atreebutes", une entreprise qui fabrique des vêtements de snow tendance selon la devise de la qualité durable et écolo.