Kopf SVV-Mitgliedschaft Breite einstellen

Die SVV heisst seit 2014: Swissveg

Unsere neue Homepage finden Sie hier: www.swissveg.ch


Seite veraltet!
Diese Seite wird nicht mehr aktualisiert! Unsere aktuellen Infos finden Sie auf unserer neuen Homepage: Swissveg.


Diese Seite wird nicht mehr aktualisiert.
Wir heissen seit 2014 Swissveg und sind nun hier zu finden: www.swissveg.ch

Les animaux sont sans ressources : donnons-leur une voix

De nos jours, la société tend davantage à considérer les animaux comme des êtres vivants que comme des objets. Pourtant, le milieu politique persiste – pour l’essentiel – à les ignorer. La raison : les animaux ne peuvent s’opposer à une loi par voie de référendum, ni financer des groupes de pression.

Logo Parti Suisse pour les animauxAux yeux de la plupart des responsables politiques, les animaux ne sont ni plus ni moins que de la nourriture (ce que l’on nomme des « animaux de boucherie »), au mieux un simple passe-temps (animaux domestiques et de compétition).
Or, il est difficile de s’engager en faveur des animaux lorsque l’on ne leur concède pas même le droit de vivre – ainsi qu’en atteste la consommation quotidienne de viande.
C’est ce qu’entend changer le jeune Parti suisse pour les animaux (PSpA).

Élections

Le 23 octobre prochain, le Parti suisse pour les animaux prendra part à l’élection du Conseil national – ainsi qu’à celle du Conseil des États à Soleure.
Pour la première fois, les défenseurs des animaux et les végétariens auront ainsi la possibilité de s’engager en faveur des animaux au niveau politique. En effet, on ne trouve nulle mention du bien-être animal dans les programmes des différents partis. À l’inverse, le PSpA en fait sa priorité. Le Parti suisse pour les animaux a également d’autres points à son ordre du jour : attaché à la protection de l’environnement, le PSpA prône la fermeture des centrales nucléaires au profit des sources d’énergie renouvelables, l’abolition de l’expérimentation animale, ainsi qu’une agriculture qui cesse de privilégier les fournisseurs de produits carnés et laitiers au détriment des producteurs de fruits et légumes. Le PSpA est le seul parti à proposer un programme qui vise le bien-être des animaux. À ce titre, il mérite un réel soutien.

Groupes de pression

Les lobbies qui tirent profit de l’exploitation des animaux (en particulier l’industrie pharmaceutique et les partisans d’une agriculture conservatrice et traditionaliste) pèsent des milliards. Très actifs en politique, ces groupes d’intérêts bénéficient de financements issus de nos impôts (subventions agricoles et prélèvements obligatoires tels que les primes d’assurance-maladie).
Nous avons déjà pu constater à maintes reprises les effets de leur pression constante, laquelle a notamment donné lieu à l’achat de millions de vaccins inutiles contre la grippe A (H1N1). Des vaccins financés par nos impôts, développés grâce à l’expérimentation animale et fabriqués à partir de produits animaux, qui ont ainsi coûté la vie à des millions d’êtres vivants. Un contrat juteux pour l’industrie pharmaceutique, à tel point que l’Office fédéral de la santé publique ne s’est pas encore risqué à en révéler la teneur exacte à ce jour.
Par ailleurs, malgré une conjoncture économique tendue, les subventions accordées aux agriculteurs suisses ont une nouvelle fois été revues à la hausse. À présent, les paysans se voient octroyer chaque année 3,5 milliards de francs au total – somme essentiellement destinée à la « production » d’aliments d’origine animale, qui représente pour les contribuables quelque 2500 francs d’impôts supplémentaires par an et par foyer.1
De toute évidence, il est temps de donner un coup de pied dans la fourmilière politique. Nous ne pouvons tolérer que nos impôts continuent de servir les intérêts financiers de quelques groupements professionnels, alors même que la santé de la population suisse est en jeu (l’on mentionnera à titre d’exemple les effets secondaires de la vaccination ainsi que la consommation excessive de produits d’origine animale – lesquels sont les plus subventionnés et donc les plus abordables).

Alors pour un vrai changement, rendez-vous aux urnes en octobre ! Votez pour un parti universel, favorable à la protection des animaux et de l’environnement, désireux de construire un avenir meilleur pour les êtres humains comme pour les animaux : le Parti Suisse pour les Animaux.

Renato Pichler
Vice-président du Pspa

Tierpartei Schweiz (TPS)
Luzernerstrasse 91
CH-5630 Muri AG
Tel. +41 (0)44 760 50 42
info@tierpartei.ch www.tierpartei.ch

Note:

  1. Selon les estimations du magazine des consommateurs Saldo, no 7, paru le 13 avril 2011, article « Schweizer Bauern: Extrem teuer und dennoch zu wenig umweltfreundlich ».

 

Pour en savoir plus:

Parti suisse pour les animaux