Kopf SVV-Mitgliedschaft Breite einstellen

Die SVV heisst seit 2014: Swissveg

Unsere neue Homepage finden Sie hier: www.swissveg.ch


Seite veraltet!
Diese Seite wird nicht mehr aktualisiert! Unsere aktuellen Infos finden Sie auf unserer neuen Homepage: Swissveg.


Diese Seite wird nicht mehr aktualisiert.
Wir heissen seit 2014 Swissveg und sind nun hier zu finden: www.swissveg.ch

Animaux – compagnons inconnus

Dans notre quotidien, ce n’est plus que rarement que nous entrons en contact avec des animaux. Si nous les rencontrons, nous observons qu’ils sont souvent considérés comme des denrées traitées selon la fantaisie des hommes. On abuse d’eux lors d’expérimentations sur animaux, on détruit leur espace vital, on les tient en captivité et on les tue afin de pouvoir s’offrir le luxe d’un morceau de viande. Il est évident que souvent nous ne nous rendons même pas compte de notre privilège de partager cette planète avec des êtres tout à fait exceptionnels. Ceci est dû avant tout au fait qu’il n’y a eu jusqu’à présent que peu d’études visant à analyser la psychologie des animaux. Or, les hommes qui s’occupent du comportement des animaux ne cessent de faire d’étonnantes nouvelles observations. En voici quelques exemples:

Poissons rouges: vertueux de la mémorisation

En Australie, un élève âgé de 15 ans avait mis en doute la théorie disant que la capacité du temps de mémorisation des poissons rouges se limiterait à 3 secondes seulement. Cela suffirait-il de justifier qu’on les tienne dans des petits verres, vu que de toute façon, ils ne seraient pas en gré de se souvenir qu’ils avaient fait le tour du verre il y a 4 secondes ? Le garçon entreprit alors lui-même de rechercher la véritable capacité de mémorisation de ces poissons. C’est ainsi qu’il installa dans l’aquarium un mini-phare, attendit 30 secondes et distribua quelques graines fourragères pour les poissons rouges autour de la source de lumière. Il répéta cette procédure pendant trois semaines afin de permettre aux poissons d’établir un rapport entre la source de lumière et leurs graines fourragères. Au bout de ces trois semaines, il a pu constater un abrègement significatif du temps que mettaient les poissons à nager vers la lumière. Si au début, ils y mettaient encore quelques minutes, ce temps diminuait à un tel point qu’au bout des trois semaines d’observation, il ne leur fallait plus que 5 secondes pour arriver à la lumière.
Ensuite, le garçon enleva le mini-phare du processus de l’alimentation. Six jours plus tard, il répéta la même procédure avec la lumière et fit un constat singulier : Les poissons, tout en n’ayant plus pratiqué la procédure pendant les six jours d’interruption, nageaient à toute vitesse – après 4,4 secondes seulement - en direction de la lumière, dans l’attente d’y trouver subitement de la nourriture.1

Border CollieChiens: talentueux linguistiques

Il y a quelques années déjà, le collie «Rico» étonna par sa faculté de distinguer 200 jouets et de savoir les apporter sur commande.
A présent, cette performance a été surpassée par «Chaser», une femelle Collie. Au bout de 3 ans, elle a su mémoriser les noms de plus de 1000 jouets. En plus, elle comprend également les signifiants de différentes sous-catégories : le mot «balle» par exemple englobe pour elle l’ensemble de 116 différentes boules molles, et l’expression «Frisbee» comprend 26 disques différents. Cette performance excellente étonne même les psychologues des animaux qui s’occupent de la chienne, l’identification des objets par «Chaser» s’étant révélée en partie plus fiable que celle des scientifiques chercheurs collaborant avec la Collie.2
Vidéo: www.youtube.com/watch?v=KbI13nbDRRI

Les chimpanzés: meilleurs collaborateurs

À l’ordinateur, les chimpanzés travaillent plus vite et plus efficacement que les hommes (ce que démontre le résultat d’une expérimentation avec des étudiants) quand il s’agit de reproduire des suites de chiffres qui n’apparaissent que très brièvement sur le moniteur. C’est le résultat d’une étude menée par des chercheurs japonais de Kyoto.

Les oiseaux: mathématiciens et ouvriers

Des chercheurs de l’Université de Cambridge ont prouvé que les corneilles étaient de véritables maîtres à l’usage d’outils pratiques. Avec beaucoup d’habileté, les animaux sont capables de tordre un fil de fer afin de le transformer en crochet leur servant d’instrument de pêche avec lequel ils peuvent atteindre un petit récipient de nourriture dans un récipient plus grand.3

SingesSinges: amis compatissants

La théorie de ce que les actions des animaux seraient motivées guidées uniquement par leurs instincts et l’instinct de conservation est de plus en plus controversée. Chez les singes en particulier, on ne cesse de trouver des indicateurs de ce que certaines de leurs manières de comportement seraient motivées par leur faculté de se figurer différentes situations ainsi que de les comprendre. Les scientifiques décrivent ce phénomène comme faisant partie de la «Theory of mind».
Tout récemment, on a pu observer dans un zoo en Écosse le deuil d’un groupe de singes suite à la mort d’une de leurs congénères.
Pendant vingt ans, les quatre chimpanzés avaient vécu ensemble quand une des femelles, «Pansy», était sur le point de mourir.
Lors de cette situation, les trois autres chimpanzés se rassemblèrent autour d’elle. Peu après le moment de sa mort, ils arrêtèrent de la caresser, regardèrent dans la bouche de la défunte et soulevèrent ses épaules comme pour la réveiller.
Ensuite, la fille de «Pansy» avait construit un nid à côté de sa mère afin de passer la nuit auprès d’elle. Une sorte de veillée funèbre ? Il semble bien que l’animal ait compris que sa compagne avait alors disparu pour toujours.3

Des observations similaires ont été faites par l’éthologue Frans de Waal dans le Taï National Park, où des chimpanzés avaient pris soin d’un compagnon blessé par un léopard. « Ils le débarrassèrent de sang, chassèrent les mouches et firent attention à leur compagnon pendant le voyage. » écrit de Waal dans son livre «Le principe de l’empathie» («Das Prinzip Empathie»), et encore: « On a tort de croire que la nature, ce serait une lutte vitale égoïste. La plupart des mammifères ne survivent pas en s’entre-tuant lors d’une lutte, mais bien au contraire par la coopération, leurs soins mutuels et le partage.»3

Coopération, soins mutuels et partage: la signification de ces trois mots, les hommes eux aussi devraient en prendre conscience chaque jour pour leur convivialité quotidienne.

Bernadette Raschle
Traduction: Olivia Joanne Villard et Nathalie Jayet