Kopf SVV-Mitgliedschaft Breite einstellen

Die SVV heisst seit 2014: Swissveg

Unsere neue Homepage finden Sie hier: www.swissveg.ch


Seite veraltet!
Diese Seite wird nicht mehr aktualisiert! Unsere aktuellen Infos finden Sie auf unserer neuen Homepage: Swissveg.


Diese Seite wird nicht mehr aktualisiert.
Wir heissen seit 2014 Swissveg und sind nun hier zu finden: www.swissveg.ch

Histoire du végétarisme

L’histoire du végétarisme est marquée par d’infatigables militants, visionnaires et idéalistes.

Origines du végétarisme

A l’origine, les humains ne se nourrissaient pas de viande. Les textes bibliques de la Genèse (1. Moïse 1;29), mais aussi les mythes et les histoires de nombreuses civilisations témoignent d’un mode de vie végétarien chez les premiers habitants de la terre. A défaut d’apporter des preuves irréfutables, tous ces récits indiquent néanmoins que la plupart des humains ne consommaient pas de viande. De tout temps, seule une petite frange aisée de la société avait la possibilité de s’approvisionner régulièrement en viande.

Dans le berceau de la religion

Les premières traces écrites attestant de l’existence d’un mouvement végétarien issu d’une forme précoce d’hindouisme se retrouvent en Inde et remontent au VIIIe siècle avant Jésus-Christ. Aujourd’hui encore, de nombreux Indiens vivent selon les préceptes hindous et sont donc végétariens.1

Pythagoras

 Büste des Phytagoras

En Europe

En Occident, le végétarisme a mis beaucoup plus longtemps à s’implanter. En 530 avant Jésus-Christ, le philosophe grec Pythagore le thématise pour la première fois dans l’école qu’il a fondée en Italie. Croyant, à la théorie très répandue de la transmigration des âmes, il assimilait l’abattage à un crime. Plus que de végétarisme, on parlait alors de s’abstenir de consommer de la chair animale. Dans cette optique, Pythagore interdisait d’ailleurs à ses élèves de manger des œufs et de porter des vêtements de laine2

Platon, le visionnaire

Dans la plus célèbre de ses œuvres, «La République», Platon soulève également la question du végétarisme. Il y décrit une cité idéale saine, dans laquelle les habitants sont végétariens. C’est par sa croissance et notamment avec la consommation de viande que la cité devient insalubre. Apparaissent ensuite la misère, les maladies et les guerres d’appropriation des pâturages. Force est de reconnaître que, plusieurs siècles plus tard, les thèmes traités par Platon sont plus actuels que jamais.

Plutarque et ses traités pour les animaux

Les enseignements de Pythagore et de ses élèves ont eu une influence décisive sur la naissance et le développement du végétarisme. Plutarque (45-125) ajoute une perception nouvelle à la pensée des philosophes de l’Antiquité: il met en avant l’amour des animaux, plaçant leur bien-être au centre de son argumentation en faveur du végétarisme.
«Pour un petit morceau de viande, nous volons une âme de lumière et l’espace de temps dans laquelle elle est née et pour lequel elle se réjouissait.»

A l’époque romaine

Les légendaires excès des anciens romains sont célèbres. Rien d’étonnant donc à ce que l’on ignore à peu près tout du végétarisme à cette époque. Une certitude existe toutefois: les gladiateurs tiraient leur force et leur endurance pour les combats de l’arène d’une alimentation purement végétarienne, ou plutôt végétalienne, principalement à base de haricots.

Au fin fond du Moyen-Age

Le déclin de la culture antique signe également le glas du végétarisme en Europe. Celui-ci est relégué aux oubliettes durant de nombreux siècles. Seuls quelques mouvements jugés hérétiques3, tels que les Bogomiles et les Cathares, refusaient de consommer de la viande. Une fois reçu le consolament, l’ordination, les adeptes de ces mouvements embrassaient un mode de vie ascétique, végétarien et chaste. En raison de leurs convictions, ils ont été poursuivis et persécutés sans relâche par l’Eglise et finalement exterminés à la fin du XIIIe siècle.

Leonardo Da Vinci

 Selbstporträt von Leonardo da Vinci

Nouveau souffle à la Renaissance

Il a fallu attendre le tout début des temps modernes pour qu’un végétarisme fondé sur des considérations éthiques refasse surface. Le génie universel Léonard de Vinci n’est pas étranger à cette renaissance, puisqu’il étend l’amour des animaux à l’alimentation au XVIe siècle. Thomas Tryon (1634-1703) est considéré comme le plus ardent des défenseurs du végétarisme. Dans son œuvre, le végétarisme est décrit comme une voie spirituelle menant à Dieu. D’autres personnages célèbres ayant marqué cette époque ont également soutenu le végétarisme, à l’image du philosophe Jean-Jacques Rousseau, de l’écrivain Voltaire, du théologien John Wesley et du physicien Sir Isaac Newton.

Percy Bysshe ShelleyDer Dichter Percy Bysshe Shelley

Réformes des temps modernes

On peut dire que le végétarisme connaît son apogée au début du XIXe siècle. Le poète anglais Percy Bysshe Shelley ajoutera une dimension politico-économique à l’aspect éthique du végétarisme qu’il prône avec ardeur. Il mettra notamment en exergue le gaspillage des ressources engendré par la production de viande et de fourrage.

Première association végétarienne

C’est en Angleterre que la première association végétarienne au monde voit le jour. La Vegetarian Society est fondée en 1847 par des chrétiens évangélistes. Cette association, devenue par la suite la Vegetarian Society of the United Kingdom (VSUK) est la plus ancienne organisation végétarienne encore active. En même temps que l’association, on crée le terme «vegetarian» qui désigne dès lors officiellement une alimentation sans viande jusque là appelée simplement diète végétale, ou plus rarement, régime pythagoréen. Précisons que le végétarisme d’alors s’apparentait en réalité plus au végétalisme tel que nous le concevons aujourd’hui. A l’origine, la Vegetarian Society était donc une organisation végétalienne4. Il semblerait que la distinction entre le végétarisme et le végétalisme soit d’ailleurs apparue plusieurs générations plus tard. En effet, une nouvelle association, la Vegan Society, est fondée à Leicester en 1944 pour répondre à cette évolution. La création du néologisme vegan à partir du terme vegetarian est attribuée à Donald Watson, l’un des membres fondateurs de cette nouvelle association.

Mouvement végétarien en Suisse

Leonardo Da Vinci

Der «Erfinder» des Birchermüesli: Maximilian Bircher-Benner

Le célèbre médecin Maximilian Bircher-Benner (1867-1939), «inventeur» du fameux birchermüsli et pionnier de l’alimentation complète, a mis en pratique ses principes alimentaires dès 1897 à la clinique privée du Zürichberg, une clinique renommée qui accueillit de nombreuses célébrités jusqu’en 1994.
A la même période, Ambrosius Hiltl a ouvert à Zurich le premier restaurant végétarien, le Vegetarierheim und Abstinenz-Café (Maison des végétariens et café des abstinents).

Monte VeritaFreigeister auf dem Monte Verita anfang des 20. Jahrhunderts.

L’établissement connaît toujours un succès retentissant sous le nom moins barbare de Hiltl. En 1900, un petit groupe d’artistes anarchistes fonda une communauté végétarienne individualiste près d’Ascona, sur une montagne qu’ils baptisèrent Monte Verità.
Huit ans plus tard se tient le premier Congrès mondial Végétarien à Dresde. L’International Vegetarian Union (IVU) est créée dans la foulée.
Dans la première partie du XXe siècle, un rapprochement s’opère entre le végétarisme et des considérations éthiques appliquées aux animaux. En effet, jusque là les protecteurs des animaux prônaient rarement un végétarisme strict et les végétariens ne se considéraient en général pas comme des défenseurs des animaux. Magnus Schwantje, qui a vécu en Suisse de 1939 à 1950, a quant à lui introduit cette nouvelle conception dans nos contrées.

Après la Guerre

A la période de l’après-guerre, un mouvement appelé Lebensreform se développe, en particulier en Allemagne. Le mouvement se constitue d’une myriade d’initiatives isolées, toujours fondées sur l’idée d’un retour à un mode de vie naturel. Ces idées sont notamment importées en Suisse par le Suédois Are Waerland, dont les théories sont encore diffusées par le biais de la publication «regeneration» éditée depuis 1966 par Edwin Heller, lui aussi ardent défenseur du végétarisme (voir l’interview en pages 11 à12).

Défense des animaux

La parution du livre Animal Liberation de Peter Singer a donné naissance, au milieu des années 1970, au mouvement de défense des animaux. Pour Singer et d’autres défenseurs de la cause animale tels que Tom Regan et Helmut F. Kaplan, le végétarisme devrait en fin de compte tendre au végétalisme.

Schweizer ReformjugendGroupe de jeunes végétariens (Schweizer Reformjugend)

L’Association Suisse pour le végétarisme (ASV), créée en 1993, est issue de la Schweizer Reformjugend (SRJ), elle-même fondée par Fredy Forster en 1968. L’association faîtière des organisations végétariennes nationales d’Europe est née en 1985 sous le nom d’Union Végétarienne Européenne. Elle regroupe à ce jour quelques 200 organisations.
Depuis une trentaine d’années, la conscience de l’impact environnemental de la surconsommation de viande grandit, donnant lieu à une série de nouvelles initiatives, dont la journée végétarienne lancée en 2009 par la ville de Gand en Belgique, suivie par un nombre croissant de villes dans le monde. De plus en plus de consommateurs commencent à reconnaître les conséquences négatives sur la santé et sur l’environnement d’un mode de vie caractérisé par le seul bien-être matériel, et à se tourner vers le végétarisme.

Malgré tout, les végétariens continuent d’être considérés comme des originaux et des marginaux. A toutes les époques, ils ont été victimes de moqueries et ont enduré moult humiliations. C’est grâce au courageux combat de tous les végétariens de l’histoire, que le végétarisme est aujourd’hui plus que jamais répandu dans le monde entier.

Bernadette Raschle
Traduction: Evelyne Campana

Note:

  1. C. Leitzmann: «Vegetarische Ernährung» (Alimentation végétarienne), 2ème édition 2010, page 37 (en allemand).
  2. Ibidem, page 39.
  3. Est considéré comme hérétique, quiconque adhère à une doctrine contraire au dogme de l’Eglise ou aux idées reçues.
  4. www.vegsource.com/john-davis/vegetarian-equals-vegan.html