Kopf SVV-Mitgliedschaft Breite einstellen

Die SVV heisst seit 2014: Swissveg

Unsere neue Homepage finden Sie hier: www.swissveg.ch


Seite veraltet!
Diese Seite wird nicht mehr aktualisiert! Unsere aktuellen Infos finden Sie auf unserer neuen Homepage: Swissveg.


Diese Seite wird nicht mehr aktualisiert.
Wir heissen seit 2014 Swissveg und sind nun hier zu finden: www.swissveg.ch

Dix défenseurs des droits des animaux appelés à comparaître en justice

Les dix défenseurs autrichiens des droits des animaux placés en détention provisoire depuis mai 2008 pour une durée totale de 104 jours doivent à présent répondre de leurs actes devant les tribunaux. Claudia Bandion-Ortner, ministre de la Justice autrichienne, a décidé d’inculper le groupe sur la base du §278a, malgré les innombrables protestations nationales et internationales qui lui ont été adressées.

Une commission policière spéciale a mené une enquête de grande ampleur pendant plusieurs années sur les animalistes inculpés; toutefois, les «preuves» réunies ne suffisent apparemment pas pour établir une inculpation en bonne et due forme. Le «paragraphe anti-mafia» (formation d’une organisation criminelle) constitue l’unique possibilité de créer un chef d’inculpation dans ce cas. Le ministère de l’Intérieur autrichien a ainsi envoyé, il y a plus d’un an, des communiqués de presse où le nom des accusés «devait» être cité en rapport avec de nombreux dommages causés aux biens d’autrui, incendies, attaques au gaz et menaces à la bombe.
Aujourd’hui, la demande introductive de poursuite pénale est formulée de manière totalement différente: toutes les accusations portées à l’encontre du Dr Martin Balluch, président du VgT, et figurant dans le rapport final remis par la police, ont été retirées. À présent, l’accusation porte uniquement sur le fait d’avoir soutenu de manière délibérée les agissements d’une organisation criminelle par le biais d’actions légales, avec le concours des autres activistes. Ainsi, des activités de campagne totalement normales et légales, comme l’organisation de conférences, le stockage de tracts, la rédaction de commentaires sur Internet ainsi que le fait d’assister à des réunions de défenseurs des droits des animaux sont considérées comme illégales.
L’un des avocats des animalistes inculpés est toutefois convaincu «qu’ aucun juge ne prononcera une condamnation sur la base de cette plainte». En effet, la demande introductive de poursuite pénale, faisant près de 200 pages, ne contient aucune preuve établissant l’existence d’un délit d’appartenance à une organisation criminelle.

Cependant, le fait que des plaintes de cette nature puissent être portées devant le ministère public d’un pays aussi avancé que l’Autriche donne à réfléchir, et cela laisse aussi un goût amer….
Le Dr Martin Balluch commente ainsi cette manière d’agir sur le site du VgT: «Cette procédure révèle qu’en Autriche, l’état de droit et la démocratie ne forment qu’un vernis extrêmement mince parvenant à peine à dissimuler les hideuses structures de pouvoir sous-jacentes. Il nous faut reconnaître qu’il n’y a ni justice ni sécurité juridique dans ce pays, mais seulement des cartels puissants capables d’éliminer les ONG gênantes sans autre forme de procès!». En effet, peu importe que les accusés soient condamnés ou acquittés; la loi autrichienne prévoit que les frais de justice doivent, dans tous les cas, être assumés par ces premiers. En outre, nous ignorons encore si le VgT bénéficiera d’une exonération fiscale ultérieure. Si cela n’était pas le cas, l’organisation serait amenée à verser plus de 700'000 euros d’impôts, ce qui signerait irrémédiablement sa faillite.
Il semble que le cas des défenseurs autrichiens des droits des animaux soit destiné à servir d’exemple. Cette procédure étatique impitoyable vise en effet à décourager et à intimider les activistes de tout bord. Bien-entendu, les épreuves que les dix défenseurs des droits des animaux ont connues, et qu’ils continuent à subir, doivent être extrêmement éprouvantes pour eux ainsi que leurs proches. Toutefois, les évènements autrichiens ont fait naître une solidarité et une mobilisation à l’échelle de la planète entière, fait sans doute unique dans l’histoire de la protection des droits des animaux. Sur ce point, les mesures répressives du ministère public autrichien ont, au moins, une utilité: en effet, les défenseurs des droits des animaux du monde entier se montrent aujourd’hui encore plus solidaires!

Traduction: Sophie Marie

Pour en savoir plus:

La situation actuelle en Autriche et en Suisse: www.vegetarismus.ch/heft/f2008-4/police.htm