Kopf SVV-Mitgliedschaft Breite einstellen

Die SVV heisst seit 2014: Swissveg

Unsere neue Homepage finden Sie hier: www.swissveg.ch


Seite veraltet!
Diese Seite wird nicht mehr aktualisiert! Unsere aktuellen Infos finden Sie auf unserer neuen Homepage: Swissveg.


Diese Seite wird nicht mehr aktualisiert.
Wir heissen seit 2014 Swissveg und sind nun hier zu finden: www.swissveg.ch

Vraiment plus écolos les produits locaux?

LastwagentaufeLe transport

Il n’est pas inutile de rappeler que près de 40% des gaz à effet de serre imputables au transport de produits alimentaires sont générés non pas au moment de l’approvisionnement des distributeurs, mais bel et bien sur le trajet entre le magasin et le domicile du consommateur final. Parcourir de grandes distances en voiture pour s’approvisionner en aliments de production locale n’a aucun sens si l’on habite à proximité immédiate d’un point de vente standard dans lequel on peut se rendre à pied.

La distribution

Force est de constater que sur la totalité des émissions de gaz à effet de serre produits par un aliment durant l’entier de son cycle de vie, seul un dixième est à porter sur le compte du transport.

Lieu de production

N’oublions pas l’importance que revêt le mode de production dans le bilan écologique d’un aliment. Il n’est pas exclu qu’une pomme de production locale qui a séjourné tout l’hiver dans une chambre froide affiche une consommation énergétique supérieure à une pomme fraîchement cueillie importée de l’autre bout du monde.
De même, les aliments qui poussent sous serre ont un impact environnemental dix fois supérieur aux aliments produits en plein air. Entre un légume du sud qui a mûri en plein air et le même légume cultivé sous serre dans nos contrées, il est fort probable que la balance écologique soit favorable au légume ayant parcouru plus de kilomètres.
Le consommateur aura donc avantage à privilégier les fruits et légumes de saison, produits en plein air et dans sa région.
Un tableau saisonnier des fruits et légumes peut être téléchargé via le site de la Fruit-Union Suisse (www.swissfruit.ch) ou obtenu auprès de l’ASV sous forme de dépliant.

Le choix de l’aliment, plus important que le lieu de production

Le prolongement de la chaîne alimentaire via les animaux tels que veaux ou porcs occasionne bien plus d’émissions de gaz à effet de serre que le transport des aliments. Dans ce domaine, la palme revient à la viande de veau et aux produits laitiers. Suivant cette logique, la viande de production locale nuit donc plus à l’environnement que les fruits et légumes, même importés.
Le bilan des produits d’origine animale locaux s’alourdit encore si l’on tient compte du fait que le fourrage vient de très loin, comme du Brésil par exemple.
L’écart est tel que même si l’on parvenait à réduire à zéro le total de kilomètres imputables au transport de tous les aliments, l’impact sur le climat serait moindre que si un carnivore renonçait à manger de la viande une fois par semaine.

Résumé

Les consommateurs soucieux de préserver l’environnement ont tout avantage à accorder leur préférence aux végétaux plutôt qu’à la viande et ce avant toute autre considération. C’est là l’élément décisif pour l’impact sur les gaz à effet de serre. Les autres facteurs, tels que le mode de transport, de production et la distance entrent certes en ligne de compte, mais dans une moindre mesure.

Émission de CO2:
Total (production et transport)
Fruits / légumes, prov. régionale 530 g/kg
Fruits / légumes, prov. Europe 760 g/kg
Fruits / légumes, prov. outre-mer (bateau) 870 g/kg
Viande de porc, prov. régionale 3230 g/kg
Viande de porc, prov. Europe 3460 g/kg
Viande de porc, prov. outre-mer (bateau) 3570 g/kg
Volaille, prov. régionale 3730 g/kg
Volaille, prov. Europe 3960 g/kg
Volaille, prov. outre-mer (bâteau) 4070 g/kg
Fruits / légumes, prov. outre-mer (avion) 11300 g/kg
Viande de porc, prov. régionale 13730 g/kg
Viande de porc, prov. Europe 13960 g/kg
Viande de porc, prov. outre-mer (avion) 14000 g/kg
Viande de porc, prov. outre-mer (bateau) 14070 g/kg
Volaille, prov. outre-mer (avion) 14500 g/kg
Viande de porc, prov. outre-mer (avion) 24500 g/kg

Le tableau illustre: à part le transport par avion, le transport ne joue guère de rôle par rapport à la pollution du climat. Il est alors bien plus sensé de choisir des aliments végétaux que des produits d'origine animale locaux.

Renato Pichler
Traduction: Evelyne Campana

Source: WorldWatch: «Is Local Food Better?» par Sarah DeWeerdt