Kopf SVV-Mitgliedschaft Breite einstellen

Die SVV heisst seit 2014: Swissveg

Unsere neue Homepage finden Sie hier: www.swissveg.ch


Seite veraltet!
Diese Seite wird nicht mehr aktualisiert! Unsere aktuellen Infos finden Sie auf unserer neuen Homepage: Swissveg.


Diese Seite wird nicht mehr aktualisiert.
Wir heissen seit 2014 Swissveg und sind nun hier zu finden: www.swissveg.ch

Le sport et le végétarisme

Les sportifs d’élite et les amateurs accordent une très grande importance à l'alimentation, notamment en vue d’optimiser leurs résultats. L’héritage génétique et les aptitudes physiques et psychiques jouent certes un rôle important dans la performance, mais de mauvaises habitudes alimentaires et des carences nutritives peuvent également avoir une influence considérable.

Pour être équilibrée, l’alimentation d’un sportif devrait se baser sur le principe suivant: riche en glucides, pauvre en graisse, et suffisamment de protéines. Le régime végétarien, qui apporte beaucoup de glucides et peu de graisses, correspond donc parfaitement aux besoins d'un athlète. Les éléments essentiels tels que vitamines, sels minéraux et antioxydants présents dans les végétaux permettent au corps d'exploiter au mieux l’apport énergétique des aliments et de se protéger du stress de l’entraînement.

Glucides

Durant l’entraînement, les glucides sont le carburant principal des muscles. Une alimentation riche en glucides fournit de l’énergie au corps et stimule la performance. En fait, la part des glucides dans l’alimentation d’un sportif avoisine 55% à 75% de l’apport calorique. Chez les athlètes qui participent à des compétitions de longue haleine ou qui pratiquent un sport d'endurance, ce pourcentage est encore plus élevé. Les céréales complètes, les fruits et les légumes sont d’excellents fournisseurs de glucides.

Graisses

Lors d’un effort moindre mais sur une plus longue durée, les graisses constituent une importante source d'énergie: les graisses stockées dans les muscles sont libérées pour répondre aux besoins du corps. Les graisses ne devraient pas représenter plus de 10% à 30% de l’apport énergétique total. Un dépassement de ce seuil n’est pas recommandé puisque la ration supplémentaire n’apporte aucune amélioration des performances.

Protéines

Par rapport aux glucides et aux graisses, les protéines ne font pas vraiment office de carburant. Elles servent avant tout à constituer et à maintenir les tissus. Les personnes qui pratiquent une discipline requérant la force et l’endu-rance ont un besoin accru en protéines, mais veilleront toutefois à ne pas dépasser un taux d’albumine de 10% à 15%, ou le taux personnel déterminé. Par ailleurs, on privilégiera les protéines de source végétale à celles qui proviennent de la viande, des produits laitiers ou des œufs, moins riches en glucides. Le régime du sportif devrait donc faire la part belle aux glucides pour per-mettre aux protéines de se concentrer sur les tâches pour lesquelles elles sont programmées, à savoir la formation et l’entretien des tissus et des muscles.
Le tofu, les boissons au soja et les succédanés de viande sont d'excellentes sources de protéines.

Ne pas oublier de boire en quantités suffisantes!

Un régime végétarien englobant une grande variété d'aliments issus des quatre groupes nouvellement définis (céréales, légumineuses, légumes, fruits et noix) constitue une alimentation idéale et équilibrée pour maintenir un athlète en bonne santé et lui permettre de réaliser des performances.
Les quatre groupes d’aliments offrent une immense palette de goûts et de valeurs nutritives: faites votre choix, votre corps vous en remerciera.

«Les végétariens sont aussi talentueux et performants que les autres athlètes, sportifs d'élite et amateurs confondus. Historiquement, les athlètes grecs suivaient un régime alimentaire végétarien durant les Jeux. Leurs résultats dépassaient de loin ceux de leurs concurrents.»
1998, Comité olympique des Etats-Unis

Bernadette Raschle