Kopf SVV-Mitgliedschaft Breite einstellen

Die SVV heisst seit 2014: Swissveg

Unsere neue Homepage finden Sie hier: www.swissveg.ch


Seite veraltet!
Diese Seite wird nicht mehr aktualisiert! Unsere aktuellen Infos finden Sie auf unserer neuen Homepage: Swissveg.


Diese Seite wird nicht mehr aktualisiert.
Wir heissen seit 2014 Swissveg und sind nun hier zu finden: www.swissveg.ch

Ignorés – Moqués – Combattus – Acceptés

Chères lectrices, chers lecteurs,

Longtemps les végétariens furent ignorés en public. Nombreux étaient les végétariens qui en étaient heureux pour ne pas avoir besoin de se justifier et qui s’efforçaient à ne pas se faire remarquer.

Heureusement les temps ont changé : aujourd’hui il est difficile d’ignorer les nombreux végétariens. Et les multiples facteurs qui parlent en faveur d’une alimentation végétarienne peuvent difficilement être passés sous silence. C’est pourquoi, bien des carnivores sont désormais contents si on ne mentionne pas leurs habitudes de manger des animaux.

L’impact de l’opinion publique a pu être remarqué dans le rapport des médias lors du Congrès mondial végétarien. Les rapports étaient pour ainsi dire tous positifs. Le responsable du Palais de la Culture à Dresde mentionnait même que jamais encore autant d’intérêt de la part des médias n’avait été observé dans ce bâtiment.

Cependant, le renforcement des mouvements végétariens provoque un durcissement des opposants. 105 jours d’emprisonnement en Autriche pour des végétariens et végétaliens avant d’être libérés (sans jamais avoir été accusés !). A part des actions légales en faveur de la protection des animaux, rien n’a pu être prouvé contre eux. De tels procédés exagérés de la part de la justice viennoise nous montrent à quel point la peur des carnivores est grande de nos jours. Ne trouvant pas d’arguments pour justifier leur consommation de viande, ils essaient d’intimider les végétariens, ainsi que les protecteurs des animaux, pour qu’ils renoncent à leur engagement pour le bien-être des animaux. Ce numéro vous donnera de plus amples informations concernant ce scandale judiciaire en Autriche.

Le pire qui puisse arriver à un mouvement, c’est d’être ignoré ou de ne pas être pris au sérieux. Ces deux phases sont dépassées pour nous. Mais avant d’arriver à un changement de conscience général pour d’autres relations avec nos co-créatures, les animaux, il nous faudra sans doute encore passer par une phase de confrontation.
Tous les arguments de protection animale, éthiques, écologiques, économiques et de santé étant de notre côté, nous arriverons aussi à faire accepter cette dernière phase sur le plan général. Bientôt on ne dira plus : «Pourquoi tu ne manges pas de viande?» mais : «Pourquoi tu manges encore de la viande?» Cette question mettra bien des carnivores dans l’embarras.

Renato Pichler
Association Suisse pour le végétarisme (ASV)