Kopf SVV-Mitgliedschaft Breite einstellen

Die SVV heisst seit 2014: Swissveg

Unsere neue Homepage finden Sie hier: www.swissveg.ch


Seite veraltet!
Diese Seite wird nicht mehr aktualisiert! Unsere aktuellen Infos finden Sie auf unserer neuen Homepage: Swissveg.


Diese Seite wird nicht mehr aktualisiert.
Wir heissen seit 2014 Swissveg und sind nun hier zu finden: www.swissveg.ch

Portrait d’organisations
Dans cette série nous vous présentons diverses organisations du domaine de la nutrition, de la protection des animaux et de l’environnement. Nous démontrons leurs relations avec le végétarisme, en paroles et en actions.

Greenpeace SuisseLogo: Greenpeace

Tout le monde connaît de nos jours les actions de Greenpeace. Comme l'indique son nom, Greenpeace (paix verte) est née des mouvements pacifistes et écologistes. Environ 2,8 millions de personnes soutiennent les fondations Greenpeace à travers le monde. L'organisation a acquis une notoriété mondiale au travers de ses actions contre les essais nucléaires et en faveur des baleines.
La fondation Greenpeace Suisse a été créée en 1984 et comptait, l'année dernière, 156695 donateurs. Bien que selon ses statuts, la fondation Greenpeace Suisse promeut la protection de la nature, de l'environnement et des animaux, les campagnes pour la protection des animaux, voire l'alimentation végétarienne, ne font, selon son porte-parole, pas partie de son champ d'activités.
Mais étant donné qu'une véritable protection de l'environnement et du climat ne peut ignorer la consommation élevée de produits d'origine animale (puisque celle-ci contribue davantage au réchauffement climatique que l'ensemble de la circulation mondiale), nous avons examiné les activités de Greenpeace à cet égard de plus près.

Greenpeace: Action au glacierDernière action en date pour la protection du climat de la part de Greenpeace, en août 2007: des personnes nues sur le glacier d’Aletsch. Par de telles campagnes, Greenpeace se positionne bien sûr plus facilement dans les médias et recrute davantage de membres qu’en disant au public qu’avec sa consommation de viande il nuit au climat. Mais le bien du climat semble être de second ordre.

Financement et organisation

Greenpeace est entièrement indépendante des milieux économiques. Son financement provient uniquement de dons et du produit de sa fortune (qui est placée dans des fonds écologiques). En 2006, ces recettes s'élevèrent à environ 21,3 millions de francs.
Il est intéressant de noter à cet égard que Greenpeace recrute de manière intensive de nouveaux membres et que beaucoup de personnes pensent être membres de Greenpeace. Mais vu que Greenpeace est constituée en fondation, elle ne peut, d'un point de vue juridique, avoir de membres. Les personnes versant régulièrement une « cotisation » n'ont donc aucun droit de regard ou de prise de parole. Et sans membres, naturellement point d'assemblée des membres.
Ne pas devoir tenir compte des avis de membres peut être un avantage, mais cela ne sert évidemment pas la crédibilité d'une organisation que de recruter des membres de partout et d'encaisser des « cotisations » alors qu'on ne peut pas en devenir membre.

Greenpeace et l'alimentation végétarienne

Nous avons par ailleurs aussi interrogé Greenpeace sur ses positions envers l'alimentation végétarienne. La réponse:
«Nous ne menons pas de campagnes auprès de consommateurs, ni en faveur du végétarisme ni de la protection des animaux, mais nous nous consacrons pleinement aux grands sujets tels que les mers, la forêt, le climat, le génie génétique, le trafic, l'énergie nucléaire. Dans le cadre de ces grandes campagnes, nous rendons attentifs aux problèmes liés à l'élevage intensif et à la consommation illimitée et surtout inconsciente de viande et de poisson.»

Malheureusement, le porte-parole n'a pu citer aucune action qui aurait mis en question la consommation de viande et de poisson. Et ce non faute de s'occuper des questions alimentaires. Le site de Greenpeace informe p.ex. des inconvénients de la viande de mouton de Nouvelle-Zélande ou de boeuf d'Argentine. Le transport des aliments y est critiqué, mais pas le fait que la production elle-même (peu importe où elle a lieu) représente déjà un problème écologique.
Greenpeace est cohérente à cet égard et donne sur son site des informations sur les labels de poisson suisse et sur les labels de viande . Greenpeace mène donc bel et bien des campagnes auprès des consommateurs, mais toujours en évitant de poser la question principale, à savoir s'il ne serait pas sensé de réduire sa consommation de viande.
Sur le site de Greenpeace Suisse on ne trouve en aucun endroit la mention que la consommation actuelle de viande pourrait avoir des effets négatifs sur l'environnement. Ni de mention concernant l'alimentation végétarienne.
Après de longues recherches, nous avons cependant trouvé dans un document PDF un passage parlant du problème de la consommation de viande:

Greenpeace: Consommer de la viande pour protéger le climat!
KangourouLe fait qu'également à l'étranger, Greenpeace est consciente des énormes conséquences de la consommation de viande sur le climat, mais qu'elle ne veut en aucun cas la critiquer, s'est démontré une fois de plus en Australie: Greenpeace y appelait à une consommation accrue de viande de kangourou! La raison: vu que les vaches nuisent davantage au climat que les kangourous, passer de la viande de boeuf à la viande de kangourou réduirait les effets sur le climat. www.evana.org/index.php?id=26423

«Mangez moins de viande! L'élevage de bétail à lui seul produit 18% des émissions de gaz à effet de serre, selon l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO). La raison: la production d'engrais est extrêmement coûteuse en énergie, des forêts vierges sont défrichées pour des pâturages et la culture de soja, du méthane se forme dans les estomacs des ruminants.»
Mais la joie de lire ce passage fut de courte durée: ce document, intitulé «Comment sauver le climat», provenait de Greenpeace Allemagne.
Il est intéressant de constater que sur le site de Greenpeace Allemagne, on trouve le mot « végétarien » que Greenpeace Suisse évite soigneusement:
«Réduisez la part de viande dans votre alimentation. Si vous mangez varié et peu de viande (ou devenez même végétarien), vous économisez environ 400 kilos de

CO2 par année, pour le bien du climat mondial.»
Il serait réjouissant de voir Greenpeace Suisse reprendre ces informations de sa consoeur allemande.
Suite à notre demande, le porte-parole de Greenpeace Suisse semble avoir pris conscience du fait que le site ne parle en aucun endroit des conséquences des aliments d'origine animale sur l'environnement. Vous pourrez voir vous-même sur internet s'il va s'intéresser à la question, comme promis. L'organisation avait déjà confirmé en mars à l'ASV que «cet aspect était en effet à compléter ou changer», sans que quelque chose ait été fait. Et ce n'est pas faute d'informations: le porte-parole s'est inscrit il y a un certain temps aux newsletters de l'ASV.

Greenpeace Suisse
Bureau francophone
Case postale 1558
1211 Genève 1
tél: 022 731 02 09
fax: 022 731 00 18
courriel:
greenpeace.suisse@ch.greenpeace.org
internet: www.greenpeace.ch

Exception réjouissante:

Greenpeace Vaud

Il y a du moins un groupe régional de Greenpeace qui ne suit pas la politique de boycott de Greenpeace Suisse lorsqu’il s’agit de consommation de viande et de changement climatique. Les activistes Greenpeace vaudois recommandent dans leur campagne actuellement en cours l’alimentation végétarienne et même végane. Ce qui semble évident si l’on sait que les vaches productrices de lait émettent le plus de gaz nocifs pour le climat.
Cela démontre qu’il relève de la bonne volonté des personnes responsables de continuer d’ignorer le sujet de la consommation de viande ou au contraire d’en parler ouvertement. Demandez à Greenpeace Suisse d’arrêter de faire de la censure sur les faits concernant la consommation de viande!
www.greenpeacevaud.ch/campagnes/campagnes1b.html

 

Voir aussi notre dernièr portrait sur la Société Suisse de Nutrition (SSN)