Kopf SVV-Mitgliedschaft Breite einstellen

Die SVV heisst seit 2014: Swissveg

Unsere neue Homepage finden Sie hier: www.swissveg.ch


Seite veraltet!
Diese Seite wird nicht mehr aktualisiert! Unsere aktuellen Infos finden Sie auf unserer neuen Homepage: Swissveg.


Diese Seite wird nicht mehr aktualisiert.
Wir heissen seit 2014 Swissveg und sind nun hier zu finden: www.swissveg.ch

Préjugés

En meilleure santé? Pourquoi?

Affirmation: Les végétariens jouissent d’une meilleure santé uniquement parce qu’ils consomment moins d’alcool, ne fument pas et bougent plus, par exemple.

Etudes mal menées

Pourquoi de tels préjugés perdurent-ils? Toutes les études relatives à l’alimentation ne sont pas réalisées de manière sérieuse. Certaines d’entre elles ne tiennent pas compte de critères tels que l’activité physique ou le tabagisme. Or, l’absence de recherches en ce sens ne justifie pas que l'on en tire les conclusions qui arrangent. On ne peut pas analyser les incidences de paramètres qui n’ont pas été pris en compte. Par souci d’honnêteté, il conviendrait donc de préciser que telle ou telle étude ne laisse pas entrevoir les raisons effectives de la meilleure santé des végétariens. Les carnivores en ont toutefois déduit, de manière fort peu scientifique, que le végétarisme en soi n'avait aucune influence sur la santé. Plutôt que de fournir la preuve que le végétarisme n'offre aucun avantage, ces études lacunaires révèlent l'incapacité de certains scientifiques.

Etudes bien menées

Bon nombre d'études tiennent cependant aussi compte du style de vie.1 Les plus célèbres, basées sur le modèle dit de « matched pair », examinent les sujets par paires dont les binômes ont un mode de vie comparable (fréquence des activités sportives, tabagisme, etc.). Le régime alimentaire constitue donc la principale différence à l’intérieur d’une paire.
Ce type d’études a révélé que le végétarisme a une influence positive sur la santé indépendamment des autres critères.
Toutefois, les bénéfices du végétarisme sur la propension à consommer des drogues ou à privilégier l’activité physique n’ont pas encore été démontrés. Se pourrait-il que les végétariens soient moins enclins à recourir au tabac ou à la drogue que le reste de la population? Un bien-être physique accru serait-il de nature à favoriser le besoin d'activités sportives? Si tel était le cas, les bienfaits du végétarisme s'en verraient renforcés, plus encore que ces études modernes ne le laissent supposer.

Plus de fruits ou moins de viande?

Selon un argument analogue, la meilleure santé des végétariens serait due non pas au choix de renoncer à la viande, mais plutôt à une alimentation plus riche en fruits et légumes. Dans ce cas, le raisonnement n’a pas été poussé jusqu’au bout. Il va de soi qu’une personne qui renonce à consommer un type d’aliment est contrainte soit à jeûner, soit à consommer un autre type d’aliment en plus grandes quantités. Un végétarien aura donc naturellement tendance à préférer les fruits et les légumes. A moins de compenser la viande uniquement par d’autres produits d’origine animale, la consommation accrue d’aliments sains d’origine végétale est une conséquence directe du fait de renoncer à manger de la viande. Les efforts qui mènent à vouloir séparer à tout prix ces deux éléments juste pour ne pas concéder ce point au végétarisme relèvent plus de la gymnastique cérébrale que du bon sens.

Renato Pichler

1 De telles études existent depuis longtemps. Voir par exemple la «Berliner Vegetariere-Studie» parue dans le magazine «Aktuelle Ernährungsmedizin», no14 (1989), pages 32 à 39.

Dernière actualisation de cette page indiquée: 20.3.2009

[en haut


   
© Swissveg (ehemals: Schweizerische Vereinigung für Vegetarismus (SVV)) | www.swissveg.ch | Impressum