Kopf SVV-Mitgliedschaft Breite einstellen

Die SVV heisst seit 2014: Swissveg

Unsere neue Homepage finden Sie hier: www.swissveg.ch


Seite veraltet!
Diese Seite wird nicht mehr aktualisiert! Unsere aktuellen Infos finden Sie auf unserer neuen Homepage: Swissveg.


Diese Seite wird nicht mehr aktualisiert.
Wir heissen seit 2014 Swissveg und sind nun hier zu finden: www.swissveg.ch

Les pompiers deviennent végétaliens ? Même Austin n’en revient pas.

Austin, Texas (USA) – L’image de grands pompiers musclés dévorant des plâtrées de Chili, des steaks grésillants et des doubles cheeseburgers, fait autant partie de la tradition des casernes que le poteau en cuivre ou les héroïques « Dalmatiens ».
Mais pas ici.

Dans cette capitale d’état, soucieuse de bien être et de temps en temps appelé la République Populaire d’Austin, un Les pompiers végétalienscomportement indépendant n’a rien d’extraordinaire. Mais quand Jimmy John, le marchand local de sandwichs, nomme une de ses productions en leur honneur «Le sandwich végétalien du Dépôt 2»; quand l’Association pour un Traitement Ethique envers les Animaux (People for the Ethical Treatment of Animals) leur décerne le prix de «la caserne de pompiers la plus amicale envers les animaux»; quand on les interpelle lorsque ils passent en camion: «c’est vous les végétaliens?», alors là, même Austin le remarque.
Les 5 pompiers de l’Equipe C de la Caserne 2  - Rip Esselstyn, James Rae, Matt Moore, Derick Zwerneman et Scott Walters - mangent désormais végétalien, préparant à tour de rôle une cuisine végétale,  telle que pizzas sans viande ni fromage, pâtes ou enchiladas aux épinards.

Ce n’est pourtant pas grâce à leur amour partagé pour les graines germées que cela est arrivé.
Un examen de routine du taux de cholestérol laissa l’officier Rae, 37 ans, abasourdi. L’Association Cardiaque Américaine estime qu’une personne atteignant 240 ou plus court un grand risque: l’officier Rae atteignait 344!
«J’étais totalement terrifié» dit-il, «je n’avais aucune solution».
A peu près tous les hommes de sa famille avaient succombé à une maladie cardiaque aux alentours de 59 ans. Le père de l’officier Rae, l’unique survivant, avait eu une attaque cardiaque suivie d’un triple pontage au milieu de la cinquantaine.
Le «gourou en nutrition» de l’équipe, le pompier Esselstyn,  43 ans, lui vint alors en aide. Tri-athlète professionnel pendant une dizaine d’années avant de rejoindre le département en 1997, il était la preuve vivante que la viande n’est pas nécessaire aux travaux difficiles et à l’endurance. Il était devenu végétarien en 1986 et végétalien en 2002. Il persuada l’équipe de faire corps autour de l’officier Rae et de commencer à cuisiner des plats végétaliens.

Le Pompier Esselstyn savait, grâce aux travaux de son père, qu’un strict régime végétalien pouvait être d’un grand secours. Son père, le Docteur Cadwell B. Esselstyn Junior, avait été chirurgien en chef à la clinique de Cleveland, où il mène toujours des recherches.
Douze ans d’expérience auprès de patients pratiquement en phase terminale de maladie cardiaque, avaient permis au Dr Esselstyn de démontrer qu’un régime faiblement calorique, à base de végétaux, accompagné d’une thérapie anti-cholestérol, pouvaient donner de remarquables résultats.
«La maladie cardiaque n’a aucune raison d’être» disait le Dr Esselstyn, «mais si tel est le cas, elle n’a aucune raison de progresser».
Son fils donne un argument supplémentaire en faveur d’une meilleure santé de l’officier Rae : « Pour nous, James Rae était passé de la colonne "actif" à la colonne "passif"» fait-il en lançant un clin d’œil et un sourire en coin à son partenaire. «Est-ce que je voulais être dirigé par un type avec un mauvais palpitant?»

Les pompiers végétaliensToutefois, quand l’officier Rae adhéra à ce régime à la caserne, il ne fut pas aussi strict à l’extérieur. Il devint ce qu’on peut appeler un « flexitarien », quelqu’un qui mange occasionnellement de la viande et du poisson. Mais quand il s’aperçut que cela ne faisait pas baisser suffisamment son taux de cholestérol, il se mit à un strict régime végétalien, à base de fruits, de légumes, de céréales complètes, de légumineuses. Maintenant, dit-il, son taux de cholestérol se situe en dessous de 200 et il appelle sa manière de manger «un style de vie».
Pour les 10 autres hommes de la Caserne 2, le régime végétalien n’a pas été aussi facile à accepter. A l’intérieur du congélateur, à côté des produits végétaliens, on trouve un sac de cheeseburgers, des frites et du bœuf. Un des pompiers a même accroché un jour au mur des posters provocants où l’on pouvait lire sur l’un d’eux: «Du bœuf, c’est ce qu’il y a au dîner».
Esselstyn et les autres l’ont ignoré.

«70 % de nos appels sont d’ordre médical» dit-il. «Tous les jours, nous constatons les ravages provoqués par des personnes qui mangent beaucoup trop. Si ce n’avait pas été le cholestérol de l’officier Rae, cela aurait été quelqu’un d’autre, quelque pré-diabétique ou obèse qui nous aurait soufflé ce qu’il fallait faire».
Pour atteindre le public, l’Equipe C a un site Internet: www.engine2.org, avec des photos qui ne se prennent pas au sérieux - où l’on peut voir les hommes posant avec des fruits et des légumes - des biographies cabotines, des liens santé, ainsi que des recettes de cuisine comme les enchiladas de Paul Mc Cartney, la tarte tortilla, et les roulés « grand prix  de la Caserne 2».
Et même les carnivores tirent profit de la cuisine des végétaliens, en «charognant» les restes de leurs plats; comme le reconnaît Edward Roel, chauffeur de la Brigade B «ça a bon goût» …

Source: site Internet du New York Times http://www.nytimes.com/2006/03/26/national/26vegan.html?ex=1301029200&en=2a80650fc12be1eb&ei=5088%02%22ner=rssnyt&emc=rss.

Article écrit par Deborah Blumenthal, publié le 26 mars 2006.
Traduction de Sophie Collin.