Kopf SVV-Mitgliedschaft Breite einstellen

Die SVV heisst seit 2014: Swissveg

Unsere neue Homepage finden Sie hier: www.swissveg.ch


Seite veraltet!
Diese Seite wird nicht mehr aktualisiert! Unsere aktuellen Infos finden Sie auf unserer neuen Homepage: Swissveg.


Diese Seite wird nicht mehr aktualisiert.
Wir heissen seit 2014 Swissveg und sind nun hier zu finden: www.swissveg.ch

Une explication des médias?

Chère lectrice, cher lecteur,
Au cours des derniers mois, des millions d`animaux ont été supprimés et leurs dépouilles détruites.  Les médias ont publiés d’abondants articles sur ce sujet, par opposition à leur silence total sur les millions d’animaux tués dans le même temps dans les abattoirs.
Ces articles avaient évidemment un but écologique. Il n’est jamais question dans la presse de la tuerie de masse qui se pratique quotidiennement dans les abattoirs, mais lorsque des animaux tués sont impropres à la vente, alors on en parle dans tous les journaux et revues.  Il n’est pas seulement question de priver les annonceurs de publicité (industrie de la viande, du lait et des produits laitiers et des oeufs), mais aussi d’être en accord avec la loi en vigueur.   Beaucoup de pratiques sont si mauvaises que les consommateurs, qui sont aussi contraints de les financer, ne doivent pas être tenus au courant.  En outre, de nombreux journalistes sont eux-mêmes des mangeurs de viande qui ne veulent pas changer leurs habitudes.

A cela s’ajoute, naturellement, les nombreuses études soi-disant scientifiques, qui soutiennent une alimentation basée sur la viande.  Pour autant que l’on puisse se fier à de telles études, on constate par exemple que celle sur l’alimentation en Allemagne de 2005 (Deutsche Gesundheitsstudie 2005) qui vise à une transparence internationale, indique que 40% des résultats sont influencés par des sponsors, ce qui atteste bien qu’il s’agit là de falsifications et de manipulations!
Il est donc toujours plus difficile d’avoir accès à des informations neutres à propos des produits animaux. Les mass média peuvent obtenir d’importants contrats publicitaires grâce à l’industrie tandis que les scientifiques dépendent à leur tour de ces rentrées financières pour obtenir de l’argent afin de continuer leurs recherches.
Toutefois, ces énormes moyens financiers ne proviennent pas du travail de l`industrie du même type. La grande part de cet argent provient de recettes fiscales. Ce n’est, hélas, pas seulement un phénomène suisse. Au plus important le nombre d’animaux sont détenus, au plus importantes sont les subventions allouées par l`Etat. On se trouve par conséquent face à un encouragement et un soutien direct à l’élevage de masse qui permet une réduction du prix des produits animaux.

Grâce à votre cotisation à l’ASV ou un abonnement au Végi-Info, vous contribuez à opposer à ce lobby un pôle opposé, petit mais si important, afin que la vérité ne se perde pas.