Kopf SVV-Mitgliedschaft Breite einstellen

Die SVV heisst seit 2014: Swissveg

Unsere neue Homepage finden Sie hier: www.swissveg.ch


Seite veraltet!
Diese Seite wird nicht mehr aktualisiert! Unsere aktuellen Infos finden Sie auf unserer neuen Homepage: Swissveg.


Diese Seite wird nicht mehr aktualisiert.
Wir heissen seit 2014 Swissveg und sind nun hier zu finden: www.swissveg.ch

Extrémistes?

Chère lectrice, cher lecteur,
Un nombre croissant de gens ne sont plus disposés à participer avec leur argent (en achetant de la viande) aux énormes engagements financiers exigés par la production de viande.

Il y a quelques années encore, il aurait été inimaginable que le président d’un pays affiche ouvertement son mode de vie végétarien. Mais aujourd’hui, un tel président existe, c’est celui d’un Etat européen; il est même végan (alimentation qui exclut tout produit animal). Bien qu’aujourd’hui beaucoup de personnes se demandent encore ce que les végétariens peuvent bien manger s’ils ne consomment pas de viande, un tel pionnier donne clairement la preuve, avec les conséquences qui y sont liées, qu’il est possible d’éviter tous les produits animaux. Et aussi qu’il est tout à fait réalisable de mettre un frein au niveau de leur consommation en «au moins» abandonnant la viande. Personne en principe ne souhaite être taxé d’extrême. Il est donc beaucoup plus aisé de faire un pas vers une alimentation végétarienne en constatant que d’autres (= les végans) sont encore plus «extrémistes».

Bien que l’immense majorité de gens soit contre la tuerie des baleines et des phoques, la manière dont Paul Watson exprime, lui, son opposition peut aussi être vue comme extrême. Paul Watson a été le co-fondateur de Greenpeace, mais il lui a tourné le dos en raison de la stratégie de celui-ci consistant surtout à faire connaître les infractions à la conservation des animaux marins plutôt que d’en empêcher la tuerie. Avec sa nouvelle organisation «Sea Shepherd» Watson et son équipage ont déjà pu empêcher que beaucoup de baleines ne soient tuées. En tout cas, cela s’est révélé être (pour les animaux) une tactique efficace: Bien que «Sea Shepherd» ne soit pas aussi connu que Greenpeace parce que son travail est moins focalisé sur les médias, il est davantage présent en mer par des actions concrètes.
Les deux exemples cités ci-dessus sont tous deux d’une importance considérable.
Dans le présent numéro du Végi-Info, vous pourrez en apprendre plus sur «Sea Shepherd» - organisation pratiquement inconnue jusqu’à ce jour - pas seulement parce qu’elle accomplit un excellent travail, mais aussi parce qu’à bord de son bateau il n’est servi aucune nourriture qui pourrait exiger la mort d’animaux. C’est une règle qui ne souffre aucune exception qu’à bord la nourriture est végane. Cette attitude montre avec évidence le sérieux et la fidélité à ses objectifs de «Sea Shepherd» qui est avant tout de porter secours aux animaux.

Aujourd’hui, il est courant de ne pas assumer la responsabilité de ses actes. Quant aux humains qui veulent donner un sens altruiste à leur vie, ils sont vite considérés comme extrêmes. Au sens littéral, cela veut dire que, par rapport à l’homme de la rue, ils sont extrêmement différents; toutefois à l’heure actuelle ces gens là sont très importants, ne serait-ce que pour montrer que vivre d’une autre façon est aussi possible.

Renato Pichler
Präsident der Schweizerischen Vereinigung für Vegetarismus