Kopf SVV-Mitgliedschaft Breite einstellen

Die SVV heisst seit 2014: Swissveg

Unsere neue Homepage finden Sie hier: www.swissveg.ch


Seite veraltet!
Diese Seite wird nicht mehr aktualisiert! Unsere aktuellen Infos finden Sie auf unserer neuen Homepage: Swissveg.


Diese Seite wird nicht mehr aktualisiert.
Wir heissen seit 2014 Swissveg und sind nun hier zu finden: www.swissveg.ch

Hommage à un philosophe végétarien

Philosophischer Text auf Stein



La création en danger:

Rien n'effraie davantage les êtres humains, que leur propre mort;

mais il n'y a rien à quoi ils contribuent le plus qu'à leur mort même et à celle des animaux. (1993)

Son travail a toujours été son principal centre d’intérêt. Il était cependant peu connu en-dehors de la SuisseFoto Johannes Schoch alémanique. Johannes Schoch vient de s’éteindre à l’âge de 89 ans.
Dans de nombreux coins de cette partie du pays, comme Lucerne, Bâle, Berne, Aarau, Schaffhouse et Coire, on trouve des rochers peints avec des inscriptions qui attirent le regard et l’intérêt, mais parfois aussi irritent. Elles ne proviennent pas de livres mais sont issues de la sagesse même du philosophe. C’est à sa mémoire que nous lui rendons ici hommage et citons l’un de ses textes ci-dessous.

Hans Schoch a soutenu l’ASV dès sa création. Il était végétarien depuis les années 1930, et a essayé par divers moyens d’amener les gens à adopter ce mode de vie. Les inscriptions sur les rochers ont été son plus grand et aussi son dernier projet. C’était sa façon à lui de toucher la population en visite ou en excursion dans de nombreux lieux. En effet, ces inscriptions se trouvent là où les gens se rendent fréquemment en promenade et ont le temps de s’arrêter et réfléchir: sentiers pédestres, berges de cours d’eau, places publiques. Bien que son engagement pour le végétarisme lui ait tenu toujours à cœur, il a aussi adapté certains de ses textes en fonction des lieux. Par exemple, il en a peint un à Bâle traitant de la vivisection liée au profit, visant entre autres Novartis, et d’autres sur la pêche là où elle se pratique. Par ce moyen, il s’est fait de nombreux amis, bien que cela n’ait pas été son objectif prioritaire qui était d’alerter un plus grand nombre possible de gens et de les amener à une réflexion sur des questions dérangeantes. Il a donc consacré beaucoup d’heures à peindre, ce qui n’a pas échappé aux personnes de passage sur ses lieux de travail, sans d’ailleurs lui poser aucun problème. Beaucoup, l’ayant vu à l’œuvre, l’ont félicité. Quant aux autres, elles n’étaient que trop heureuses de passer outre sans devoir lui adresser la parole!

On forme le vœu qu’encore de nombreux promeneurs et de curieux s’inspirent des textes de Johannes Schoch.
Renato Pichler


 

Photo en page de couverture:

La création tout entière attend que nous devenions
des êtres humains dont aucune autre créature ne doive avoir peur;
alors nous pourrons nous-mêmes vivre ensemble sans crainte
et sans effroi les uns envers les autres. (1994)

On peut voir cette inscription de Hans Schoch au cours d'une promenade sur un sentier à Amden, Wallensee.