Kopf SVV-Mitgliedschaft Breite einstellen

Die SVV heisst seit 2014: Swissveg

Unsere neue Homepage finden Sie hier: www.swissveg.ch


Seite veraltet!
Diese Seite wird nicht mehr aktualisiert! Unsere aktuellen Infos finden Sie auf unserer neuen Homepage: Swissveg.


Diese Seite wird nicht mehr aktualisiert.
Wir heissen seit 2014 Swissveg und sind nun hier zu finden: www.swissveg.ch

Nouvelles biovégétariennes

OGM, des armes contre la faim?
Le 10 février 2005, Swissaid a organisé un symposium sous le titre «Introduction d’OGM dans l’agriculture – chronique d’un désastre annoncé» pour dénoncer les pressions exercées sur des pays pauvres pour imposer des OGM dans leur agriculture. On a pu lire dans l’Agefi du 10.2.05 que «Loin d’être une solution à la faim dans le monde, les OGM c’est le cercle vicieux. Les multinationales détiennent un quasi monopole sur la vente de semences et imposent leurs OGM qu’ils font protéger par brevet. Les petits paysans ne peuvent donc s’approvisionner ailleurs ni replanter une partie de leur récolte, et sont contraints d’acheter également les engrais et pesticides associés.» En Suisse, le Parlement se prononcera prochainement sur l’initiative Stop-OGM qui propose un moratoire de 5 ans sur l’importation et l’utilisation de plantes et semences génétiquement modifiées.


La Plage, une recette qui a dix ans
Les éditions françaises La Plage, à Sète, ont fêté leurs dix ans en 2004. Dix ans déjà que Laurence Auger et Jean-Luc Ferrante ont quitté leurs multinationales respectives pour créer une maison d’édition et publier en adéquation avec leurs idées. Ils ont depuis édité une quarantaine de livres (cuisine bio, végétarienne, non-violence et écologie) avec une vingtaine d’auteurs différents. Nous vous en avons présenté plusieurs dans nos Vegi-Info passés. La Plage a reçu en 2003 le World Gourmand Cookbook Award pour ‘Fêtes bio’, le premier livre de cuisine bio primé à ce jour ! Il a été traduit en italien sous le titre ‘Feste bio’.
Source: La lettre No.1 des éditions La Plage, novembre 2004. Site www.laplage.fr.


Fruits et légumes nous protègent
Marie Marchand, diététicienne, expose ce que nous végétariens savons depuis longue date, des vérités qui sortent des cercles végétariens pour devenir des conseils incontournables en matière de diététique (manger au moins 5 portions de fruits et de légumes par jour). Mais avec d’intéressantes précisions en plus. Dans la deuxième partie de son article, elle détaille « les bons alliés », notamment des pigments que l’on repère à la couleur du fruit et du légume, où les trouver (le lycopène, le bêta-carotène, la lutéines et la zéaxanthine (tous 4 des caroténoïdes), les phyto-oestrogènes, les anthocyanes (flavonoïdes), les sulfures allyliques), et quelles sont les qualités protectrices spécifiques qu’ils présentent.
Source: Fémina No-49, 5 décembre 2004.


Les fruits et les légumes sont aussi sains qu’avant
Nutrition, le magazine de la nutrition de Nestlé suisse, dans son numéro 49 (1/2004) a tenu à nous rassurer. La teneur en sels minéraux et en vitamines des fruits et légumes n’a, en général, pas diminué ces 50 dernières années. Contrairement à des affirmations abondamment répétées, les fruits et légumes ne sont donc pas moins sains qu’avant. C’est ce qu’a démontré une étude de l’Agroscope, la Société suisse de nutrition à Wädenswil, et du Département légumes du Strickhof (comm.presse du 21.01.2004). On y apprend que «les chercheurs ont choisi les 7 principaux légumes et les 5 principales variétés de fruit en se basant sur la consommation annuelle par habitant en Suisse ainsi que sur la proportion de production nationale. Ils ont comparé la teneur de ces fruits et légumes en 9 minéraux et 11 vitamines, ainsi que la matière sèche. A cette fin, ils ont rassemblé les informations anciennes et actuelles de trois bases de données. L’examen a montré que les légumes disponibles de nos jours présentent dans la plupart des cas des teneurs inchangées en minéraux et en vitamines. …». En conclusion de leur étude, les chercheurs ont constaté que les fruits et légumes avaient la même valeur aujourd’hui qu’avant; et que les fruits sont importants surtout pour couvrir les besoins en potassium, cuivre, ainsi qu’en vitamines K et C. «Nous avons besoin des légumes essentiellement pour l’apport en potassium, fer, cuivre, manganèse, ainsi qu’en vitamines A, K et B6, en acide folique, biotine, niacine et vitamine C.», ont précisé ces chercheurs.
(Site internet : www.nestle.ch).

Mercure dans le poisson: Conclusion d’une étude finlandaise
Selon cette étude, dont les résultats viennent d’être publiés dans le San Francisco Chronicle (jkay@sfchronicle.com), les hommes d’âge moyen consommant du poisson chargé de mercure courent un risque important de problèmes cardiaques. Elle est basée sur une constatation de la présence de ce toxique par l’examen régulier des cheveux de 1871 hommes âgés entre 42 et 60 ans durant une période de 14 ans. Le mercure est très nocif pour le système nerveux; les fœtus et les enfants sont particulièrement vulnérables. Les chercheurs ont fait état de perte de mémoire, de maux de tête, de douleurs abdominales, de troubles du comportement, de fatigue, de perte de cheveux et d’athérosclérose chez les adultes. L’étude ajoute que les bienfaits de l’apport en d’oméga-3 par la consommation de poissons des mers du nord sont annulés par les dangers suite à l’absorption du mercure qu’ils contiennent.