Kopf SVV-Mitgliedschaft Breite einstellen

Die SVV heisst seit 2014: Swissveg

Unsere neue Homepage finden Sie hier: www.swissveg.ch


Seite veraltet!
Diese Seite wird nicht mehr aktualisiert! Unsere aktuellen Infos finden Sie auf unserer neuen Homepage: Swissveg.


Diese Seite wird nicht mehr aktualisiert.
Wir heissen seit 2014 Swissveg und sind nun hier zu finden: www.swissveg.ch

Editorial:
La consommation de viande a des effets au niveau global

Chère lectrice, cher lecteur,
Le développement de la consommation de viande ne connaît pas de frontières. C'est un problème global. Lorsque la consommation de viande augmente dans un pays, la sécheresse s'amplifie dans un autre. Même en faisant attention à ne manger que de la viande du pays, une grande portion de la nourriture et du fourrage destinés aux "animaux d'abattoir" indigènes doit être importée de l'étranger. La petite Suisse dispose de bien trop peu de terre cultivable pour produire suffisamment de fourrage nécessaire à alimenter tous les animaux qui y sont élevés pour la viande, le lait et les œufs. Le lien entre ces éléments a été clairement mis en évidence dans notre article principal sur la consommation d'eau et la production de viande.
Beaucoup de gens pensent encore aujourd'hui que les poissons et crustacés sont végétariens. Bien que les textes scientifiques contredisent clairement cette croyance, il est nécessaire d'éliminer ce préjugé. Il date du temps où l'église catholique avait établi le vendredi comme 'jour de poisson'.
Tandis qu'en Europe, ces dernières années ont connu un 'boom' sur le poisson, les fermes d'élevage notamment de crevettes et fruits de mer ont proliféré dans les zones côtières de nombreux pays. Mais là aussi, ce développement a conduit à d'énormes dégâts. La violence de l'irruption de tsunamis est due à la destruction des forêts protectrices pour faire place à l'installation d'élevages de poissons et crustacés en bord de mer (voir page 8).
Ce qui, dans le passé, a été considéré comme positif pour l'environnement est à présent vu comme un dommage. Pendant des années, en effet, on a pensé que les matières fécales animales (fumier, lisier, purin) étaient bénéfiques pour les sols. Aujourd'hui, on note une augmentation croissante des effets négatifs d'une surfertilisation des champs cultivés par les excréments animaux. En page 5 et suivantes, vous pourrez prendre connaissance de ces développements et des alternatives existantes.

L'alimentation végétarienne est un engagement tout à fait concret, personnel, qui contribue à un meilleur environnement : votre alimentation personnelle exerce une influence sur le monde dans sa globalité.

Avec mes plus amicales salutations.

Renato Pichler
Président de l’ASV