Kopf SVV-Mitgliedschaft Breite einstellen

Die SVV heisst seit 2014: Swissveg

Unsere neue Homepage finden Sie hier: www.swissveg.ch


Seite veraltet!
Diese Seite wird nicht mehr aktualisiert! Unsere aktuellen Infos finden Sie auf unserer neuen Homepage: Swissveg.


Diese Seite wird nicht mehr aktualisiert.
Wir heissen seit 2014 Swissveg und sind nun hier zu finden: www.swissveg.ch

Ma relation avec les moutons

De Chris Wernke, mis par écrit par Nicole, sa maman

Bonjour, me revoil à, Chris, le bébé vegan. En fait, je ne suis déjà plus un bébé mais un tout jeune enfant d’un an et demi. Je me porte comme un charme et mes parents me nourrissent végétarien (voir les Vegi-Info 2 et 3/2004). Je peux toujours boire à volonté le lait de ma maman. A part ça, je vis comme tous les enfants de mon âge qui partent à la découverte du monde. Aujourd’hui, je vais vous entretenir de nos moutons.

Nous habitons maintenant une belle grande ferme où vivent nos trois moutons. Papa et maman ont ces moutons depuis longtemps, ils sont très doux et donnent même la patte. Avez-vous jamais entendu parler de moutons qui donnaient la patte? De plus, chers camarades bébés, avez-vous déjà caressé la tête d’un mouton et passé vos doigts dans leur douce toison? J’en doute car la plupart des moutons sont des animaux craintifs élevés seulement comme animaux de rente. Mais pas chez nous; ils font partie de la famille. Bien entendu, ils dorment dans une étable et mangent de la paille et de l’herbe. Mais ceci mis à part, ils sont traités comme des membres de la famille. C’est pourquoi ils ne sont pas craintifs. Olga ma brebis bien-aimée est vraiment amoureuse de moi. Elle est heureuse quand je viens vers elle. Alors elle se place à côté de moi, me regarde et attend.

Olga, Susi et Frau Müller
Ceci est bien réel, je le précise. Je connais ces moutons depuis que je suis au monde. Déjà comme tout petit bébé je pouvais m’étendre sur la douillette toison d’Olga, et me laisser renifler par Frau Müller (qui est la cheffe-brebis, raison pour laquelle les personnes du dehors ne peuvent pas se permettre trop de familiarités avec elle!) et par sa fille, Susi. Elles veulent aussi toujours me lécher, mais cela ma maman ne le permet pas. Il ne faut pas exagérer. Maintenant, je peux aller tout seul vers les moutons. Alors Olga se met à mon côté, en adoptant une attitude protectrice. Je peux lui caresser la tête et même lui tirer sa toison laineuse, elle se laisse tout faire. Quand je m’en vais, elle trotte allègrement à mes côtés. Je crois qu’elle a compris que je ne suis encore qu’un tout petit enfant et qu’elle doit faire très attention. Ses sabots sont très durs: pas question de me marcher sur les pieds, car elle pèse près de 70 kilos. Mais elle montre visiblement une grande prudence et se comporte à mon égard avec la toute la douceur nécessaire.Chris mit Schaf
Susi, la plus jeune des trois brebis, n’est pas spécialement attirée par moi. En quelque sorte, elle ne raffole pas de moi. … Mais maman dit que c’est normal, les moutons aussi ont leurs préférences, c’est comme les gens. Par contre, elle aime beaucoup mon papa. Il peut lui gratter doucement le ventre quand elle est couchée. Par contre, avec moi elle ne veut pas trop avoir affaire.
Frau Muller, elle, m’aime bien. Elle est une brebis, vous devez le savoir, réfléchie et très sage. C’est un animal plein de bonté, de douceur et de patience, un mouton très particulier. Maman dit qu’elle est déjà très âgée; elle va bientôt perdre une dent; malgré cela elle se porte encore très bien. Elle sautille et bondit comme un jeune faon.

Des bonds de joie
Wouah! Avez-vous jamais vu des moutons bondir de joie? On peut parfois observer ces sauts chez de tout jeunes moutons, mais dès qu’ils prennent de l’âge, ils ne le font plus. Chez nous, cependant, c’est différent. Nos moutons font des petits sauts quand on les visite pour les emmener dans le pré. C‘est un spectacle magnifique. Voilà comment cela fonctionne: Papa et moi nous sifflons et les moutons arrivent tout de suite vers nous; ensuite papa se met à courir de-ci de-la dans la prairie et nos brebis lui courent derrière en faisant des bonds sur leurs 4 pattes en même temps, comme de jeunes biquettes. Imaginez la scène: mon papa qui court, les moutons qui sautent de joie, et moi qui regarde et crie de bonheur en applaudissant des deux mains. Cela s’arrête après quelques minutes à cause d’Olga qui n’est pas assez en forme pour continuer longtemps. Elle est un peu rondelette et commence vite à haleter.

Vieillir comme la nature le permet
Vous voyez combien les moutons sont à la fois amicaux et doués d’intelligence. Ils sont capables de faire la différence entre les gens qu’ils aiment et à qui ils font confiance et sont fidèles et ceux qui leur sont inconnus. Il est visible qu’ils ont une place entre les grandes et les petites (comme moi!) personnes et sont capables de faire la différence entre eux et se comporter en conséquence.
Je suis bien content que nos trois moutons habitant avec nous n’ont rien à craindre. Nous ne leur ferons jamais de mal, c’est sûr, et ils pourront vieillir comme la nature le permet. En outre, mes parents sont contents que je puisse grandir au cœur de la nature et apprendre depuis tout petit à fréquenter les animaux.
Ainsi, chers camarades bébés, la prochaine fois que vous verrez des moutons dans un pré, pensez qu’ils sont des animaux tout à fait aimables et avisés. Peut-être pourrez-vous, avec un peu de patience, caresser la tête d’un mouton (de préférence commencez par une caresse au cou ou sur le dos, le long de la colonne vertébrale). Sinon, faites un simple geste bien intentionné à leur égard, et vous verrez, ils vous reconnaîtront bien vite comme des amis.
A la prochaine! Je vous salue bien amicalement.

Chris, chris@wernke.ch