Kopf SVV-Mitgliedschaft Breite einstellen

Die SVV heisst seit 2014: Swissveg

Unsere neue Homepage finden Sie hier: www.swissveg.ch


Seite veraltet!
Diese Seite wird nicht mehr aktualisiert! Unsere aktuellen Infos finden Sie auf unserer neuen Homepage: Swissveg.


Diese Seite wird nicht mehr aktualisiert.
Wir heissen seit 2014 Swissveg und sind nun hier zu finden: www.swissveg.ch

Editorial:
Qu'entend-on par Vivre en végétarien-ne responsable ?

Chères lectrices, chers lecteurs,
Pour qui n'est pas végétarien, cela peut paraître étrange que les végétariens non seulement s'abstiennent de viande, mais encore de produits provenant des abattoirs, comme la gélatine dans les friandises ou les yogourts. Est-ce qu'il ne serait pas tout à fait sensé et écologique d'utiliser toutes les parties d'un animal abattu? Soit en les mélangeant à des produits alimentaires, soit en les employant dans l'industrie vestimentaire? Qu'est-ce qui va contre une telle utilisation "écologique" des animaux dits d'abattoir?
La réponse à ces questions dépend de savoir pourquoi une personne ne mange pas de viande. Si c'est par conviction religieuse, la chose est claire: c'est égal d'où provient la viande (de porc). Elle est toujours interdite, même dans les quantités les plus minimes.
Quand c'est pour une raison de santé, il est aussi préférable de s'abstenir d'aliments de peu de valeur (gélatine, graisse animale, œufs en batterie).
Du point de vue protection des animaux et écologie, c'est un peu plus compliqué. L'objectif est dans les deux cas d'élever et de tuer aussi peu d'animaux que possible. Comment peut-on d'une manière efficace faire en sorte qu'il y ait de moins en moins d'animaux dans les élevages? Selon l'économie, la meilleure méthode consiste à rendre l'élevage financièrement non attractif. Dès qu'il n'y a plus de profit à tirer de l'élevage et de l'abattage, de moins en moins de personnes souhaiteront le faire.
Lorsque, par exemple, on achète une veste en cuir, on augmente les profits des abattoirs autant qu'en consommant des produits avec de la gélatine. De même, lorsqu'un animal est abattu principalement pour sa viande, le produit de la vente des sous-produits influence directement le nombre d'animaux à abattre. Si une importante demande pour les sous-produits rendait ceux-ci plus chers, ils feraient aussi baisser le prix de la viande. Mais si en-dehors de la viande elle-même rien n'était vendu, le prix de la viande deviendrait si élevé que sa consommation tomberait ainsi que les profits des abattoirs. C'est pourquoi il est important d'être toujours attentif, en tant que végétarien-ne de ne financer d'aucune manière les fabriques d'animaux et les abattoirs.

Renato Pichler
Président de l’ASV