Kopf SVV-Mitgliedschaft Breite einstellen

Die SVV heisst seit 2014: Swissveg

Unsere neue Homepage finden Sie hier: www.swissveg.ch


Seite veraltet!
Diese Seite wird nicht mehr aktualisiert! Unsere aktuellen Infos finden Sie auf unserer neuen Homepage: Swissveg.


Diese Seite wird nicht mehr aktualisiert.
Wir heissen seit 2014 Swissveg und sind nun hier zu finden: www.swissveg.ch

Editorial:
Connaissances en alimentation par la publicité

Chères lectrices, chers lecteurs,
A nouveau, vous trouverez dans le présent Vegi-Info des arguments convaincants contre la consommation de viande et autres produits animaux. Les faits relatifs aux effets négatifs du commerce des animaux sont impressionnants. Cependant, nous vivons dans une nation industrialisée et un environnement qui, comme toujours, mettent en avant une économie basée sur la viande. L’Union Européenne accorde un euro sur deux à la promotion de l’agriculture, et soutient ainsi non seulement les usines d’animaux mais encore leur transport à travers tout le continent. La Suisse également alloue la plus grande partie de ses subventions destinées à l’agriculture au profit de l’élevage. Les bénéficiaires de cet argent sont donc soucieux que leurs produits, dont le prix est artificiellement réduit, soient toujours vendus et qu’ils continuent de recevoir ces subventions afin d’entretenir leur image par la publicité. Le film-documentaire «Supersize Me» dévoile la proportion de l’investissement dans la publicité par l’industrie alimentaire par rapport aux organisations étatiques: En 2001, aux USA, les sommes consacrées à la publicité à la radio, la TV et la presse écrite étaient de 1400 millions de dollars US pour McDonald’s, de plus de 1000 millions pour Pepsi-Cola et de 200 millions pour seulement une compagnie produisant des sucreries.
A titre de comparaison, au point culminant de la campagne de 5 jours en faveur d’une consommation plus importante de fruits et de légumes, seulement 2 millions avaient été mis à disposition. Ces chiffres ne sont bien entendu pas aussi élevés en Suisse, mais le rapport est similaire. La plupart des gens détiennent leurs connaissances en matière d’alimentation par la publicité. Le lobby suisse du lait continue de diffuser son message selon lequel «le lait donne des os solides» alors que la publicité en matière d’alimentation valorisant la santé est défendue. La publicité cible aussi les arguments d’ordre émotionnel à un point qu’il est à peine nécessaire d’y ajouter des arguments raisonnables. Le commerce de la viande se limite par exemple à mentionner «viande suisse», comptant sur le sentiment patriotique des consommateurs pour en stimuler la vente. Les stratèges de la publicité savent qu’il suffit de répéter fréquemment un argument pour que les gens le croient. Dans ce combat, l’économie sera toujours gagnante.
Vivre végétarien signifie donc prendre ses responsabilités. Il ne faut plus se conformer simplement aux arguments publicitaires mais en prendre conscience et ne pas se faire piéger par ce qu’une publicité attirante veut faire croire.

Renato Pichler
Président de l’ASV