Kopf SVV-Mitgliedschaft Breite einstellen

Die SVV heisst seit 2014: Swissveg

Unsere neue Homepage finden Sie hier: www.swissveg.ch


Seite veraltet!
Diese Seite wird nicht mehr aktualisiert! Unsere aktuellen Infos finden Sie auf unserer neuen Homepage: Swissveg.


Diese Seite wird nicht mehr aktualisiert.
Wir heissen seit 2014 Swissveg und sind nun hier zu finden: www.swissveg.ch

Lettre d’un bébé vegan


Communiquée par Chris Wernke via l’assistance de Nicole, sa maman

Cela n’avait pas été planifié ainsi: bien installé dans mon royaume douillet, chaud et humide – un peu coincé peut-être, mais en fait très confortable – nourri en permanence par un apport intraveineux des plus fins, me voilà soudainement obligé de partir. Un choc total !

Je me retrouve dans la maternité, au son d’une berceuse et avec un linge chaud autour du corps. Et tous visiblement heureux parce que moi, Chris Wernke, suis là maintenant. On inscrit une date, le 4 juin 2003. J’évalue la situation qui, en gros, n’est pas mauvaise, cependant il manque quelque chose …
Mais dans cette situation nouvelle, je peux vous confier que la surprise a été grande du fait qu’à présent je ne peux plus tout prélever de ma maman. En effet, je dois dorénavant respirer seul et arriver à satisfaire un irrésistible besoin de téter. J’ouvre alors toute grande et autant que je le peux ma petite bouche, et vois que mon souhait est exaucé. C’est ainsi qu’à peine né je peux en toute quiétude téter le sein de ma maman. Cela a été pour moi un afflux de lumière et je peux dire, non sans fierté, que ce domaine est devenu par la suite ma grande spécialité.
Dans les semaines et les mois qui ont suivi, j’ai tété en grand champion. Cela a été, et est toujours, une merveille. Wouh! J’en demeure ébloui. Tout est de nouveau là: mon paradis douillet, chaud et humide. Et le goût d’abord! Je savais bien que ma maman se nourrissait sainement, et j’en profitais déjà depuis bien avant ma naissance. Elle ne mange pas de viande, mais beaucoup de fruits et de légumes. A vrai dire, je suis ravi qu’elle soit aussi pleine de bon sens.

Ce sont les autres seulement qui sont malades

J’ai fait un sondage auprès de mes collègues-bébés et ai mis à jour un fait terrifiant: ils souffrent fréquemment de ballonnements et de crampes, et pleurent fort durant la nuit. Ouf, tout cela m’a heureusement été épargné! De plus, en hiver, ils sont tous malades. La liste de leurs maladies est quasi interminable: toux, rhume, grippe stomacale et intestinale, inflammation de l’oreille moyenne, fièvre de trois jours, neuro-dermatite (sur quoi papa dit que c’est probablement dû aux dégâts de la vaccination, mais cela est un autre sujet). Sincèrement, je ne veux pas savoir ce que tout cela signifie. Moi, je vais en fait très bien.
Tout au début, nous sommes allés chez le docteur du village, parce qu’à la maternité on nous avait dit que tous les nouveau-nés devaient aller au moins une fois chez le docteur. Mais, ce docteur était vraiment stupide; il voulait toujours me vacciner et, en plus, a dénigré l’alimentation végétarienne. Pensez-vous! Les végétariens ne vivraient pas plus longtemps que les autres, mais paraîtraient plus vieux. Papa a alors dit que ce docteur s’était comporté envers nous d’une manière incorrecte et en plus il n’avait fait preuve d’aucune écoute bienveillante; depuis lors nous ne sommes plus retournés chez lui. Basta! J’en suis bien heureux. La doctoresse homéopathe à Zoug est bien meilleure: elle a été très aimable avec moi et ne veut pas me revoir inutilement. Une fois par an suffit, a-t-elle dit.
Ma maman dit souvent que la bonne santé de notre petite famille est due à une alimentation saine et sans viande, ainsi qu’au lait maternel, et qu’elle ne s’explique pas que les autres parents – ceux de mes collègues-bébés souvent malades – ne comprennent pas cela, et qu’ils ne veulent même pas prendre cela en considération. Pfftt … c’est pourtant l’évidence même!
Naturellement, on peut aussi ajouter que maman et papa m’emmènent partout avec eux, que je ne suis pas vacciné et que je peux dormir avec eux dans leur grand dit. C’est tout simplement bon d’être toujours entouré par quelqu’un. Je suis un petit roi et mes parents disent que cela peut continuer de la sorte, en tout cas au début.
Agé à présent de huit mois [Date de la rédaction de la lettre], j’ai pu acquérir une solide expérience avec le breuvage magique de ma maman. Son lait me fait tellement de bien qu’aujourd’hui encore je m’en nourris presque exclusivement. Je mange cependant aussi des pommes de terre, des carottes et des bananes, parfois un peu de pain, mais en fait ma nourriture préférée, c’est le lait de maman. Mon poids croît en permanence, il est à présent au-dessus de dix kilos, et mon énergie pour découvrir mon environnement est quasi inépuisable.

Un mode de vie sans lait de vache

Maman a maintenant décidé que je mangerais dorénavant des fruits et des légumes (avec, bien sûr, toujours du lait maternel). Elle dit que c’est encore trop tôt pour du lait de vache car elle redoute ses complications pour l’estomac, du fait que le système digestif des petits des humains n’est pas adapté aux produits animaux. Le lait de vache est pour les petits veaux et le lait maternel pour les petits des humains.
Je dois maintenant continuer de prendre soin de mon mode de vie actuel (jusqu’à ce que maman arrête de m’allaiter) et je peux seulement conseiller à tous mes collègues-bébés de faire comme moi. Ils peuvent me croire (parce que je suis devenu expert en la matière): Rien n’est meilleur que le lait des mamans végétariennes. Il vient un moment, toutefois, où on ne peut plus continuer comme avant et où il va falloir utiliser nos petites quenottes. C’est normal et je l’accepte: je vais dès à présent me familiariser petit à petit avec cette nouvelle étape de ma vie.
La prochaine fois que je vous écrirai, à vous les bébés, je communiquerai quels menus végétariens votre maman devrait vous préparer. D’ici là, je vous salue tous bien amicalement.
Chris Wernke