Kopf SVV-Mitgliedschaft Breite einstellen

Die SVV heisst seit 2014: Swissveg

Unsere neue Homepage finden Sie hier: www.swissveg.ch


Seite veraltet!
Diese Seite wird nicht mehr aktualisiert! Unsere aktuellen Infos finden Sie auf unserer neuen Homepage: Swissveg.


Diese Seite wird nicht mehr aktualisiert.
Wir heissen seit 2014 Swissveg und sind nun hier zu finden: www.swissveg.ch

Pensées & évidences


«Je suis partisan de l’égalité animale; je pense que l’idée d’égalité seulement humaine est indéfendable, que rien ne justifie de ne pas considérer de façon égale au nôtre l’intérêt individuel à jouir au mieux de sa vie d’un être d’une autre espèce.»
(Yves Bonnardel, Groupement des antispécistes français, conférencier et auteur de plusieurs ouvrages sur l’antispécisme)

«Auschwitz commence dès qu’une personne regarde un abattoir et pense: ce ne sont que des animaux.»
(Theodor Adorno, philosophe et musicologue juif allemand, 1903-1969)

«Le bonheur est une trajectoire et non pas une destination.»
(L’essentiel des vœux de Herma Caelen, Union végétarienne européenne (EVU), à l’occasion de la nouvelle année 2004,
hecal_2000@yahoo.com)

«La prévention de maladies comme l’insuffisance coronarienne, l’hypertension artérielle, l’ostéoporose, le diabète ou certains cancers implique un changement radical de nos habitudes alimentaires. Car même si l’espérance de vie s’est considérablement allongée en Occident, les dépenses de santé n’ont jamais été aussi importantes. Nos gouvernements subventionnent donc une alimentation qui les ruine en réparation des dégâts causés par celle-ci.»
(Point de vue, par le Dr Thierry Janssen, publié dans le Hors-Série du Nouvel Observateur sur la Gastronomie, en novembre 1999)

«Ce qui m’inquiète le plus, c’est la hiérarchisation qui commence à se faire jour. Parmi les animaux, on distingue ceux de compagnie de ceux dits de rente, que l’on élève pour les manger ou pour en exploiter le produit. Et le fossé entre les deux ne cesse de se creuser. Traiter aussi bien nos animaux domestiques, qui ne doivent servir à rien d’autre qu’à tenir compagnie à leur maître, nous fait déculpabiliser vis-à-vis des volailles, des bovins, des porcs et nous autorise à les mettre dans notre assiette sans autre forme de procès.»
(Réflexions de Jean-Pierre Digard, directeur de recherche au CNRS et auteur d’un livre intitulé Les Français et leurs Animaux, un article du Fémina No.5, 1.2.2004: «Tout pour les toutous»)