Kopf SVV-Mitgliedschaft Breite einstellen

Die SVV heisst seit 2014: Swissveg

Unsere neue Homepage finden Sie hier: www.swissveg.ch


Seite veraltet!
Diese Seite wird nicht mehr aktualisiert! Unsere aktuellen Infos finden Sie auf unserer neuen Homepage: Swissveg.


Diese Seite wird nicht mehr aktualisiert.
Wir heissen seit 2014 Swissveg und sind nun hier zu finden: www.swissveg.ch

Quelques faits sur l’ostéoporose

L’industrie pharmaceutique et les producteurs de lait ont largement financé les forums à l’intérieur desquels on redéfinit l’ostéoporose selon les résultats aux tests de densité osseuse. Une conférence sur le sujet, tenue en 1993, avait pour commanditaires des firmes chimico-pharmacteutiques comme Merck, Procter&Gamble, Rhône Poulenc, Eli-Lilly-Canada, Wyeth-Ayerst Canada, etc. ainsi que le Bureau Laitier canadien.
L’ostéoporose n’est pas due à un apport insuffisant de calcium dans l’alimentation mais à divers facteurs qui empêchent son assimilation ou qui facilitent son rejet. Un des facteurs importants demeure la surconsommation de protéines animales. En effet, plus on mange de viande, de produits laitiers, plus grand est le rejet de calcium. La quantité d’acide augmente dans le corps et les os tentent alors de se protéger en évacuant du calcium. Notre organisme devrait normalement réabsorber le calcium, mais la protéine animale inhibe aussi le fonctionnement des parathyroïdes, dont une des principales fonctions est d’ordonner cette reprise du minéral. Notre organisme élimine donc le calcium, ce qui cause une perte osseuse. En Amérique du Nord, on consomme en moyenne via l’alimentation riche en protéines animales plus de 800 mg de calcium par jour et l’ostéoporose y est un problème de santé majeur. Les femmes japonaises avec une moyenne de 300 mg de calcium par jour en souffrent rarement.
Les végétarien-ne-s ont, dans leur ensemble, des os mieux minéralisés que les personnes qui consomment des produits animaux. Dans les années 80, une étude faite sur 2000 femmes concluait que les femmes végétariennes – certaines depuis plus de 20 ans – avaient en moyenne une perte de densité osseuse mesurable de 18% alors que les femmes mangeant de la viande avaient une perte de densité mesurable de 35%. Une autre étude publiée dans le Journal of the American Dietetic Association (1980) démontrait que les végétarien-ne-s quand ils/elles atteignent l’âge de 70-80 ans ont une plus grande densité osseuse que ceux et celles qui mangent de la viande et qui sont 20 ans plus jeunes.
«L’ostéoporose est un problème de santé majeur. Environ un tiers des femmes nord-américaines de plus de 65 ans en sont affectées. La progestérone naturelle paraît plus importante pour la prévention et le traitement de l’ostéoporose que l’approche médicale basée sur l’œstrogène, les produits laitiers, et les ordonnances de calcium».
Dr Zoltan Rona, médecin, Canadian Journal of Health & Nutrition.
Source : Ahimsa, 2002.