Kopf SVV-Mitgliedschaft Breite einstellen

Die SVV heisst seit 2014: Swissveg

Unsere neue Homepage finden Sie hier: www.swissveg.ch


Seite veraltet!
Diese Seite wird nicht mehr aktualisiert! Unsere aktuellen Infos finden Sie auf unserer neuen Homepage: Swissveg.


Diese Seite wird nicht mehr aktualisiert.
Wir heissen seit 2014 Swissveg und sind nun hier zu finden: www.swissveg.ch

Acides gras – OMEGA 3: La réponse végétarienne

On distingue deux types d’acides gras nommés essentiels : ceux de la série Oméga6 et ceux de la série Oméga3. La Série Oméga6 pose rarement un problème de carence pour les végétariens, cependant il n’en va pas de même pour la seconde. La série Oméga3 est très limitée dans le monde végétal et pourtant elle doit être apportée en quantité suffisante aux cellules. Il est courant d’affirmer que les esquimaux gros consommateurs de poissons sont à l’abri des maladies cardio-vasculaires et allergiques et qu’ils doivent cela à leur alimentation riche en poissons gras. Les huiles de poissons (EPA-DHA) empêchent l’agrégation des plaquettes, source d’embolies et infarctus. Mais on oublie qu’en retour ces populations sont plus menacées d’hémorragies cérébrales et que leur forte alimentation carnée ne leur procurerait nullement une grande espérance de vie. S’il semble, pour certains médecins homéopathes, judicieux de faire usage d’huiles de saumon qui peut jouer le même rôle que celui de l’aspirine, il apparaît que cette solution ne soit que palliative. Autre élément aggravant à nos yeux : les saumons proviennent souvent d’élevages à partir d’aliments plus ou moins suspects, sans compter sur le fait qu’il existe aussi des saumons transgéniques.

OMEGA 3 d’origine végétale
De plus en plus de chercheurs pensent qu’il serait plus raisonnable d’apporter des Oméga3 sous forme végétale à partir d’acide gras alpha linoléique. Ces acides gras végétaux semblent acquérir dans le corps les mêmes avantages que les huiles de poissons sans nullement en avoir les inconvénients. On les rencontre en quantités raisonnables dans l’huile de colza, de soja, de germe de blé et surtout de lin et de rose musquée du Chili.

OMEGA 3 et OMEGA 6: le juste équilibre
Il existe une compétition biologique entre les acides gras Oméga3 et Oméga6. La consommation en excès de l’un ou de l’autre freine le métabolisme du plus faiblement représenté. Les acides gras Oméga3 sont importants car ils interviennent, par le biais de substances nommées prostaglandines, thromboxanes, leucotriènes, sur des phénomènes aussi fondamentaux que la régulation de la tension artérielle, l’inflammation, le bon équilibre du système nerveux central, et bien d’autres phénomènes biologiques majeurs. L’alimentation occidentale étant pauvre en Oméga3, un excès d’Oméga6 semble être préjudiciable à la santé. Une trop grosse utilisation d’huile de tournesol, de carthame et de margarine végétale ne faisant que renforcer le déficit. Il faudrait théoriquement assurer une proportion de 1 sur 5 (1/5) entre Oméga3 et Oméga6. A cause d’un excès d’Oméga6, les Occidentaux ont un rapport variant de 1 sur 15 (1/15) et plus grave de 1 sur 50 (1/50).

Les végétariens doivent être attentifs à leur apport en OMEGA 3
Le végétarisme malheureusement ne nous met pas complètement à l’abri de maladies cardiaques, de tension trop élevée ou même de rhumatismes inflammatoires. Il nous faut donc veiller à renforcer notre alimentation en Oméga3 végétal. Nous vous demandons d’être attentif à un apport régulier d’huile de colza, noix, germe de blé, soja, qui compléteront parfaitement les huiles d’olive, de tournesol, de carthame. S’il apparaît que vos troubles soient importants et que votre médecin vous suggère de prendre des huiles de poissons, alors pensez à la précieuse huile de Rose musquée du Chili que l’on trouve en magasins de diététique spécialisés. Evitez de la prendre en gélules qui contiennent (encore souvent) de la gélatine, mais consommez pure la valeur d’une cuillère à moka matin et soir dans ce que vous mangez. Cette merveilleuse huile renferme dans sa composition les avantages d’une huile de poissons et d’une huile de bourrache, c’est dire si elle est précieuse. Et de plus elle offre une réelle activité thérapeutique sur le plan cardio-vasculaire, hypertension et dermatologique. Ceci a été prouvé scientifiquement. Alors qui pourra dire que l’on ne peut se passer de l’animal pour apporter les précieux Oméga3 ?
Par Roland Raymondier. Article publié dans le No.68 de l’Alliance végétarienne, que nous remercions. Voir aussi recette sur l’Oméga3 dans nos petites nouvelles !