Kopf SVV-Mitgliedschaft Breite einstellen

Die SVV heisst seit 2014: Swissveg

Unsere neue Homepage finden Sie hier: www.swissveg.ch


Seite veraltet!
Diese Seite wird nicht mehr aktualisiert! Unsere aktuellen Infos finden Sie auf unserer neuen Homepage: Swissveg.


Diese Seite wird nicht mehr aktualisiert.
Wir heissen seit 2014 Swissveg und sind nun hier zu finden: www.swissveg.ch

Une nouvelle forme de protection
des animaux fait école

Après plus d’une année de préparation et de formation approfondie, les deux enseignantes de protection des animaux de l’association d’utile publique L’ANIMAL ET NOUS (DAS TIER UND WIR) ont commencé leur activité itinérante dans des écoles et écoles maternelles, à l’invitation de maîtres de classes ou de directeurs d’écoles au courant du programme Éthique animale dans l’enseignement. Ce programme, mis sur pied il y a peu en Suisse alémanique, sera étendu par la suite au reste de la Suisse.
Cette association, novatrice et qui suit des voies totalement nouvelles, met à disposition, sur demande, des enseignants en matière de protection des animaux qui visitent gratuitement les classes de tous niveaux scolaires et informent les enfants, de manière professionnelle et adaptée à leur âge, au sujet des souffrances imposées aux animaux par l’élevage industriel dans de véritables usines de production animale, dans les laboratoires d’expérimentation animale, lors des transports d’animaux, etc. Ces enseignants étudient également avec les jeunes les possibilités qui existent d’atténuer cette immense cruauté vis-à-vis des animaux.
Plutôt que de s’engager dans le vain combat de la protection des animaux façon habituelle – un combat qui, au cours des décennies, a englouti des millions en argent de donateurs presque sans apporter de résultats –, « DAS TIER UND WIR » s’adresse directement à l’esprit encore réceptif et au cœur encore sensible des enfants, pour trouver des solutions de rechange à ces manières de vivre et ces habitudes de consommation profondément ancrées dans la population, qui sont coresponsables de la misère des animaux dans le monde ainsi que des hécatombes qui les déciment. Éthique animale veut encourager la jeune génération à un questionnement critique et à une discussion courageuse, au sein de la famille, de ces «choses naturelles» de chaque jour que sont, par exemple, la consommation de viande ou l’utilisation dans l’habillement de fourrure ou de cuir. Les jeunes doivent avoir le droit de décider eux-mêmes s’ils veulent ou non continuer à manger des cadavres d’animaux et à se vêtir de peaux de bêtes, et si les fabriques d’animaux et les abattoirs sont compatibles avec leur évolution spirituelle et morale.

La protection des animaux est une affaire de cœur
L’exigence première d’Éthique animale est le respect de la vie et la compassion envers toutes les créatures. La leçon commence par une entrée en matière éthique que l’on peut toujours réduire au même dénominateur: Ne fais pas aux autres ce que tu ne voudrais pas que l’on te fasse à toi. Les enfants comprennent rapidement que les animaux sont comme nous des êtres capables de souffrance, et que nous n’avons aucun droit à les faire souffrir ou à les exploiter. Les enseignants en matière de protection des animaux touchent le cœur des enfants par le biais de leurs propres sentiments de compassion, du choc qu’ils ressentent.
Dans la partie informative, ils présentent ensuite – en tenant toujours compte de l’âge des enfants – des diapositives et des films véridiques illustrant l’élevage de bétail, d’animaux à fourrure et d’animaux de cirque, ainsi que les transports d’animaux, etc. Ce matériel a été examiné par des spécialistes, qui en ont reconnu la valeur pédagogique.
Après les informations détaillées et les images qui les accompagnent, enseignants et enfants sont unis dans leur tristesse. Il est légitime de ressentir un choc, car ce qui ne nous affecte pas ne nous concerne pas, et ce qui ne nous concerne pas nous laisse froids. On laisse ensuite un moment aux enfants pour qu’ils rassemblent leurs pensées, puis on les encourage à exprimer leurs sentiments, que ce soit oralement, par des dessins, ou par un autre moyen d’expression. Enfin, tous travaillent, ensemble ou en groupes, à l’élaboration de moyens susceptibles d’atténuer la souffrance des animaux. Chaque enfant peut, de la façon qui lui convient, apporter une contribution de valeur, ce qui stimule la classe et communique un enthousiasme général.
Une semaine après le premier bloc de deux heures, les enseignantes itinérantes font une seconde visite à la classe. Il s’agit maintenant d’intérioriser l’éthique animale et l’éthique en général. Les élèves font part de leurs expériences, réflexions, sentiments et rêves. Cette partie de détente est importante en ce qu’elle permet d’enseigner aux enfants comment ils peuvent s’ouvrir un accès à leur monde intérieur, à leurs sentiments, visions et rêves, et comment ils peuvent influencer de manière positive le destin des créatures de ce monde. Il s’agit ici pour l’enfant d’un voyage dans son propre cœur, où lui, l’enfant, est encore intact. Ce passage en revue méditatif du monde intérieur, une nouveauté absolue dans le milieu scolaire, déclenche généralement dans toute la classe, y compris chez l’enseignant responsable, enthousiasme et passion pour la recherche. Qui ne souhaite cependant pas participer n’est pas contraint à le faire.
Après s’être recueillis en silence, les enfants racontent leur voyage dans le paradis intérieur, où la plupart d’entre eux rencontrent leur compagnon animal comme on peut rencontrer son ange gardien. C’est précisément en ce lieu, dans le cœur, que se constitue la relation entre l’homme et l’animal, et que s’éveillent les sentiments d’amitié, de compassion et de miséricorde. On encourage les enfants à laisser libre cours aux expériences et sentiments qu’ils découvrent, et à en faire part à leurs parents, frères et sœurs et amis.
Pour terminer, les enseignantes itinérantes incitent les enfants de la classe à s’engager d’une façon ou d’une autre pour la défense des animaux et à repenser leur comportement de consommateurs et leurs habitudes alimentaires. Dans ce but, elles leur laissent comme source d’inspiration diversifiée des aide-mémoire et du matériel d’information.

Erica Kalika Blöchlinger

DAS TIER UND WIR
Postfach 221
CH-3000 Bern 15
Tel. 031 351 19 06
E-mail: ethik@tierundwir.ch
www.tierundwir.ch