Kopf SVV-Mitgliedschaft Breite einstellen

Die SVV heisst seit 2014: Swissveg

Unsere neue Homepage finden Sie hier: www.swissveg.ch


Seite veraltet!
Diese Seite wird nicht mehr aktualisiert! Unsere aktuellen Infos finden Sie auf unserer neuen Homepage: Swissveg.


Diese Seite wird nicht mehr aktualisiert.
Wir heissen seit 2014 Swissveg und sind nun hier zu finden: www.swissveg.ch

Nouvelles du Groupe américain des Médecins pour une médecine responsable (PCRM)

Le soja, une voie sans danger pour réduire le risque du cancer du sein

Des scientifiques, dans la revue Cancer Epidemiology, Biomarkers and Prevention, ont trouvé que la consommation de soja protégeait contre le cancer du sein. Après avoir observé 406 femmes chinoises à Singapour, ces chercheurs ont noté que celles qui consommaient davantage de protéines de soja avaient 60% moins de tissus denses dans leurs seins qui sont associés à un risque plus élevé de voir s’y développer un cancer. Les oestrogènes contenus dans les plantes de soja allongent la longueur du cycle féminin menstruel, diminuant de la sorte l’exposition à l’œstrogène et abaissant le risque du cancer du sein. (Cancer Epidemiol. Biomarkers Prev 2002; 11:608-13).

La vente du lait de soja aux USA a augmenté de 250% depuis 1995, avec des ventes atteignant 2,7 milliards de dollars US.

Une alimentation à base de viande augmente le risque du cancer du côlon

Des chercheurs du l’Agence internationale de la recherche sur le cancer de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) ont fait état de nouvelles preuves confirmant que la consommation de viande augmente le risque de cancer des voies digestives. Une étude, conduite dans plusieurs villes européennes sur 500’000 personnes, ont montré que celles qui mangeaient plus de 60 grammes de viande par jour risquaient davantage d’avoir un cancer de l’estomac et des intestins, alors qu’une autre étude conduite à Melbourne, Australie, sur 39’000 personnes a montré que celles qui mangeaient de la viande rouge et/ou du porc plus de dix fois par semaine risquaient deux fois plus de développer un cancer des intestins. Ces études sont dans la ligne de celles faites aux Etats-Unis qui ont montré une augmentation triple ou quadruple du risque du cancer du côlon parmi les personnes mangeant de la viande tous les jours, par comparaison avec celles qui n’en mangeaient que rarement ou jamais.

Les Américains ne sont pas au clair concernant le lien entre l’obésité et le cancer

Un quart seulement des adultes américains savent qu’un surpoids est un facteur de risque de cancer sous ses différentes formes, selon l’Institut américain de la recherche sur le cancer. C’est une étude menée par cet institut en questionnant 1’025 personnes pour identifier les maladies résultant de l’obésité qui a montré que près de 90% ont identifié correctement les maladies cardio-vasculaires et le diabète, tandis que 20% seulement ont identifié le cancer. A ce jour, plus de 60% des adultes américains ont un surpoids. (Réunion de la conférence internationale sur l’alimentation, la nutrition et le cancer, juillet 2002).

Risque de MCJ pour les chasseurs

Le Centre américain pour le contrôle des maladies et la prévention (CDC) enquête sur la mort de trois chasseurs du Wisconsin qui ont consommé régulièrement du gibier, dont deux sont morts de la maladie de Creutzfeldt-Jakob (MCJ), la maladie détruisant le cerveau, identifiée en Europe et qui, sous sa nouvelle variante, résulte de la consommation de viande provenant de bovins contaminés par l’encéphalopathie spongiforme bovine (ESB), plus connue sous le nom de la maladie de la vache folle. Cette maladie neurologique mortelle affecte les cerfs et les élans en Amérique du Nord. Good Medicine, Vol.XII, No.1 (hiver 2003)