Kopf SVV-Mitgliedschaft Breite einstellen

Die SVV heisst seit 2014: Swissveg

Unsere neue Homepage finden Sie hier: www.swissveg.ch


Seite veraltet!
Diese Seite wird nicht mehr aktualisiert! Unsere aktuellen Infos finden Sie auf unserer neuen Homepage: Swissveg.


Diese Seite wird nicht mehr aktualisiert.
Wir heissen seit 2014 Swissveg und sind nun hier zu finden: www.swissveg.ch

Deux nouveaux petits livres importants (10,50x15cm) à lire,

– avec facilité et rapidité:
L’égalité animale expliquée aux humain-e-s, par Peter Singer, 69 pages de texte. ISBN 2-912631-08-4. Edit. Tahin Party 2002. Prix en euros: 2,30. Commande groupée par notre service de documentation.
‘ Dans le but de mettre de la viande sur notre table pour un prix qui soit abordable pour la plupart des gens, notre société tolère des méthodes de production qui impliquent d’entasser pendant leur vie entière des êtres sensibles dans des environnements surpeuplés et inadaptés à leurs besoins. Les animaux sont traités comme des machines à convertir le fourrage en chair, et toute innovation qui permette d’augmenter ce «rapport de conversion » est susceptible d’être employée’. – (extrait du chapitre Les animaux aliments).

– avec concentration et effort, mais intéressant au plus haut point:
Luc Ferry ou le rétablissement de l’ordre, par E. Hardouin-Fugier, E. Reuss et D. Olivier, préface d’Yves Bonnardel, 151 pages de texte. ISBN 2-912631-09-2. Edit. Tahin Party 2002. Prix en euros: 3,00. Commande groupée par notre service documentation.
Rédigé avant que Luc Ferry ne soit nommé ministre de l’éducation en France, ce livre répond aux thèses qu’il développe notamment dans Le nouvel ordre écologique et Des animaux et des hommes. Beaucoup d’entre nous à qui on a souvent dit que le végétarisme était dangereux parce que Hitler était végétarien (ce qui est faux, mais à force de le répéter, tout le monde y compris de nombreux végétariens ont fini par l’accepter comme une vérité) et qu’il a supprimé la vivisection (ce qui est faux, aussi) trouveront ici des explications basées sur des recherches sérieuses, approfondies et irréfutables. Ce livre, dont certains passages sont ardus, c’est vrai, est donc important. Il faut le lire, d’autant plus que son prix modique devrait nous y encourager.
‘ Une partie de la population par exemple est persuadée que Adolf Hiter était végétarien; les végétariens connaissent bien «cet argument», qui leur est constamment opposé. Pourtant, les cuisiniers de Hitler, entre autres, ont témoigné que leur Führer mangeait des animaux lors de ses repas. C’est qu’il était humain, cet homme-là ! En fait, Hitler avait des problèmes d’estomac qui le rendaient délicat et il évitait certains mets, dont certaines viandes. Il n’y a pas là, pourrait-on penser, de quoi bâtir un mythe! Presque personne ne sait, par contre, que Hitler avait déclaré illégales les organisations végétariennes sur l’ensemble des territoires du Reich. … Il arrêta leurs responsables et fit cesser de paraître la principale revue végétarienne publiée à Francfort. …’ (extrait de la préface, par Yves Bonnardel; voir aussi le chapitre La protection législative de l’animal sous le nazisme, un recyclage français de la propagande nazie).