Kopf SVV-Mitgliedschaft Breite einstellen

Die SVV heisst seit 2014: Swissveg

Unsere neue Homepage finden Sie hier: www.swissveg.ch


Seite veraltet!
Diese Seite wird nicht mehr aktualisiert! Unsere aktuellen Infos finden Sie auf unserer neuen Homepage: Swissveg.


Diese Seite wird nicht mehr aktualisiert.
Wir heissen seit 2014 Swissveg und sind nun hier zu finden: www.swissveg.ch

Témoignage – Je suis végétarienne

Dès l’enfance, par sensibilité («sensiblerie», m’a-t-on dit) à la souffrance animale, je «faisais des histoires», refusant de manger les cadavres de ces animaux que j’aimais et admirais.
Au moment de ma prise d’autonomie, quand j’ai dû gérer mon propre budget, j’ai réalisé combien la viande était un aliment coûteux et je m’en suis passée avec plaisir. Puis est venue la conscience des phénomènes économiques et écologiques. Manger de la viande implique un coût énergétique exorbitant et contribue à la pollution de la planète. Manger de la viande en Suisse implique un appauvrissement des populations du «tiers monde». L’aspect santé personnelle ou plutôt le souci de mon apparence physique est aussi apparu quand je me suis rendu compte que de manger de la viande me donnait des boutons !
Depuis 24 ans, je fait partie d’une coopérative de légumes biologiques, les Jardins de Cocagne1, ce qui me donne l’occasion hebdomadaire de réaliser une cuisine saine, de qualité. Je crois pouvoir dire que je bénéficie d’un état de santé exceptionnel.
J’adore découvrir des cuisines étrangères et j’expérimente quantité de recettes végétariennes du monde entier2. La nourriture quotidienne de la plupart des pays ne comporte qu’exceptionnellement de la viande. Manger de façon économique me rapproche d’autres cultures. Quand on voyage vraiment sur le terrain, on découvre d’autres façons de se nourrir et des religions qui prônent le végétarisme. Beaucoup de jeunes qui ont voyagé sont attirés par le bouddhisme et l’hindouisme. Il y a dans le végétarisme un côté plus «spiritualiste» qui attire bien des gens lassés par le matérialisme.
J’espère beaucoup que de plus en plus de gens considéreront le végétarisme comme une solution d’avenir. Un mouvement comme celui pour l’égalité animale, qui a organisé une Veggie Pride à Paris en automne 2001, me donne beaucoup d’espoir, car il est composé de jeunes, intelligent-e-s, cultivé-e-s, universitaires, qui savent convaincre par la raison.

Maryelle Budry

1 Les Jardins de Cocagne, C.P. 245 Bernex. Tél. Jardin 022/756-34-45 surtout le mercredi et le jeudi. Fax 022/756-03-67. E-mail : cocagne@worldcom.com
2 Particulièrement les « Recettes du Sud » de Troth Wells, Ed. d’en bas-Helvetas, Lausanne, 2000.