Kopf SVV-Mitgliedschaft Breite einstellen

Die SVV heisst seit 2014: Swissveg

Unsere neue Homepage finden Sie hier: www.swissveg.ch


Seite veraltet!
Diese Seite wird nicht mehr aktualisiert! Unsere aktuellen Infos finden Sie auf unserer neuen Homepage: Swissveg.


Diese Seite wird nicht mehr aktualisiert.
Wir heissen seit 2014 Swissveg und sind nun hier zu finden: www.swissveg.ch

Editorial


Chères lectrices, chers lecteurs,

Durant les derniers mois, plusieurs avancées positives dans notre travail en faveur du végétarisme ont pu être réalisées. Au début de l’année, deux brochures d’information sur la nourriture végétarienne ont été publiées à l’intention des élèves et des professeurs dans les écoles. Ces publications ont été réalisées par la Migros avec la collaboration de l’ASV (voir article à ce sujet dans ce numéro). Notre association est également prise de plus en plus au sérieux au niveau politique : suite à notre campagne lancée l’année dernière auprès de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) afin de faire reconnaître l’alimentation végétarienne dans les directives nutritionnelles suisses, nous avons été invités à participer aux séances du groupe de coordination sur l’information au sujet de la nutrition qui ont lieu sous l’égide de la Confédération.
En tant que vice-secrétaire de l’Union européenne végétarienne (EVU) et responsable au plan européen de la diffusion du label végétarien, j’ai eu l’occasion d’introduire le label végétarien chez Merkur, une des principales chaînes de supermarché en Autriche. Le groupe Billa-Merkur qui, avec la ligne « Ja Natürlich », avait été le premier supermarché à vendre de la viande biologique, a franchi une étape supplémentaire en commercialisant pour la première fois à large échelle de la « viande » végétalienne.
Au cours de cette même période, l’industrie de la viande a également été « active ». A chaque fois avant le délai de rédaction de notre journal, elle nous « sert » un nouveau scandale. Cette fois-ci il s’agit de l’abus d’antibiotiques dans la production de viande. Au début on a cru que cela ne concernait que les poulets en provenance de Chine. Mais les médias ont révélé peu après que cela touchait également la production de viande de bœuf et de porc en Suisse.
Parions que, malheureusement, ces scandales n’auront pas de conséquences importantes à long terme. Les consommateurs de viande oublient vite ce qui ne les arrange pas. Il faut réaliser que ce n’est pas par plaisir que les éleveurs administrent des médicaments aux animaux dits de boucherie, mais parce que les consommateurs réclament de la viande toujours moins chère. Toutefois ces scandales aident certaines personnes à réfléchir et, si elles étaient déjà dans la voie de l’alimentation végétarienne, peuvent donner une impulsion décisive en faveur du végétarisme.
Notre tâche à nous est de préparer pour tous le terrain en vue de faciliter la transition vers la nourriture végétarienne.
Je vous souhaite une bonne lecture de notre Vegi-Info.

Renato Pichler
Présidente de l’Association Suisse pour le Végétarisme (ASV)