Kopf SVV-Mitgliedschaft Breite einstellen

Die SVV heisst seit 2014: Swissveg

Unsere neue Homepage finden Sie hier: www.swissveg.ch


Seite veraltet!
Diese Seite wird nicht mehr aktualisiert! Unsere aktuellen Infos finden Sie auf unserer neuen Homepage: Swissveg.


Diese Seite wird nicht mehr aktualisiert.
Wir heissen seit 2014 Swissveg und sind nun hier zu finden: www.swissveg.ch

Utilisation d’animaux d’expériences en baisse aux Etats-Unis

Plusieurs informations en provenance des Etats-Unis, par la voie du No.3, Eté 2001, du journal des Médecins américains pour une médecine responsable, Good Medicine, donnent à espérer que les hautes écoles médicales et universités sont sur la voie de préférer d’autres méthodes à l’utilisation des animaux pour leurs recherches et la formation des médecins et chirurgiens. Nous résumons ces nouvelles ci-dessous:
Formation en médecine d’urgence: De nombreux centres explorent depuis peu les possibilités de former leurs spécialistes sans utiliser les animaux de laboratoire. Cette formation est basée exclusivement sur l’anatomie humaine. Tandis que des cours de formation dans cette discipline continuent d’utiliser des chiens vivants causant la mort de plus de 5.000 chiens par an, le complexe médical de l’Université du Maryland, à Baltimore et le Memorial Medical Centre à Savannah, Géorgie, ont opté pour l’utilisation de cadavres humains d’une part, et de simulateurs en grandeur nature, d’autre part. Ces centres se disent extrêmement satisfaits de ces modèles excluant les animaux de laboratoires pour leurs exercices. L’article (‘Trauma Training – Physicians Choose Nonanimal Alternatives, Kathryn Kuhn’) fournit une série de centres médicaux et universités n’utilisant plus d’animaux, dont la liste s’allonge progressivement.
Les dix plus grands collèges de médecine n’utilisent plus d’animaux de laboratoire: (Article ‘Top Ten US Medical Schools Abandon Animal Labs’, Kristine Kieswer). Un tournant significatif dans le combat contre l’utilisation des animaux de laboratoire est intervenu lorsque l’Ecole de Médecine de l’Université de Duke a décidé, cette année, de renoncer aux animaux pour ses cours de formation en médecine. Avec l’Université de Duke dans le groupe des dix plus importants collèges médicaux des Etats-Unis n’utilisant plus d’animaux pour la formation de leurs futurs médecins, ce sont à ce jour 91 collèges sur 126 qui ont renoncé à utiliser des animaux d’expériences. Il est vrai que le Comité des médecins pour une médecine responsable (PCRM) a depuis des années et inlassablement distribué aux étudiants des universités et écoles de médecine vidéos, brochures et autres matériels dénonçant l’absence d’éthique et les méfaits de l’utilisation des animaux dans les expériences destinées à la formation des futurs médecins. Pour une liste complète de ces institutions, consulter www.pcrm.org.
• En outre, Good Medicine signale, dans le même numéro, les progrès accomplis dans l’abolition du test LD-50 (test de dose létale dans les expériences de toxicité aiguë). Les tests in vitro utilisant des cellules humaines ont en effet été jugés plus exacts dans la prévision des dommages occasionnés aux humains. La nouvelle précise que l’Organisation de Coopération et de Développement Economique (OCDE) vient en effet d’annoncer que le test LD-50, connu pour être extrêmement douloureux pour les animaux, va être retiré de son Manuel des directives en matière de tests chimiques faisant foi au niveau international.

Article ‘Abolition of the LD-50: One Step Closer'