Kopf SVV-Mitgliedschaft Breite einstellen

Die SVV heisst seit 2014: Swissveg

Unsere neue Homepage finden Sie hier: www.swissveg.ch


Seite veraltet!
Diese Seite wird nicht mehr aktualisiert! Unsere aktuellen Infos finden Sie auf unserer neuen Homepage: Swissveg.


Diese Seite wird nicht mehr aktualisiert.
Wir heissen seit 2014 Swissveg und sind nun hier zu finden: www.swissveg.ch

« Inverser les maladies de civilisation »:
plus de 100 personnes à la conférence du Dr Hans Diehl

Dans le précédent Vegi Info nous annoncions que la venue du Dr Diehl, invité par l’ASV à Lausanne pour faire une conférence, serait un événement exceptionnel. Le public, venu nombreux assister à cette conférence, peut confirmer à quel point c’était le cas! Grâce à son enthousiasme communicatif, son expérience et son talent naturel de conférencier, le Dr Diehl a réussi, durant plus d’une heure et demie, à captiver l’attention de l’auditoire en abordant pourtant un sujet grave et sérieux : les ravages pour la santé causés par le type d’alimentation des pays dits développés et les moyens d’inverser les maladies de civilisation par une nourriture végétalienne. Présenter des études scientifiques, faire passer des messages plutôt contraignants « mangez moins de graisses, moins sucré, mois salé etc.. » tout en faisant rire le public en évoquant des anecdotes illustratives et amusantes, constitue une véritable performance, dont le Dr Diehl a fait la brillante démonstration à Lausanne ; et ce à la satisfaction du mouvement végétarien puisque l’alimentation végétale est au cœur des méthodes thérapeutiques recommandées par le Dr Diehl.

Créateur des programmes CHIP : le Dr Hans A. Diehl

Si le Dr Diehl possède indéniablement un talent de communicateur hors du commun, sa force de conviction en faveur du végétarisme repose essentiellement sur la grande expérience qu’il a acquise dans le domaine médical et scientifique. Directeur de l’Institut sur le mode de vie à Loma Linda (Californie), le Dr Diehl est le créateur des programmes CHIP (programmes de prévention et de réhabilitation cardio-vasculaires) qui ont déjà été suivis par plus de 25’000 personnes. Organisés sur une période de 30 jours, ces programmes sont composés de conférences, de cours de cuisine, d’exercices physiques etc. Ils visent à encourager les personnes atteintes de maladies de civilisation à modifier leurs habitudes de vie, à passer à une alimentation strictement végétale et à pratiquer des exercices physiques.

«Simply prepared,  food-as-grown »

Pour prévenir et infléchir le cours des maladies de civilisation, le Dr Diehl a des recettes très simples : « Si vous voulez aller de l’avant dans votre vie en bonne santé, il faut retourner en arrière dans votre manière de vous alimenter » (« If you want to go forward in life, you have to go backward in your nutrition »). Il faut adopter une nourriture préparée simplement « simply prepared » et basée sur des aliments végétaux, dont une bonne partie crus et naturels « food-as-grown ».
Mais pour convaincre la population, et les malades en particulier, de passer à ce type d’alimentation, le Dr Diehl dit qu’il est essentiel d’expliquer le bien-fondé de cette démarche et de révéler les conséquences des erreurs alimentaires à l’origine des maladies. Le Dr Diehl se lance alors dans un réquisitoire implacable contre le type d’alimentation des pays dits développés, à base de produits animaux (viande, œufs et produits laitiers) et d’aliments industriels raffinés comme les produits salés (chips, pop corns etc) et les sucreries pour la promotion desquels les multinationales agro-alimentaires dépensent des sommes extravagantes. C’est l’alimentation des populations des pays dits développés qui, en apportant des quantités excessives de calories et en entraînant de graves carences en fibres, en vitamines et en amidon, est la cause directe de la plupart des maladies dites de civilisation (affections cardio-vasculaires, diabète, obésité, certains cancers etc).

Athérosclérose, cholestérol et…maladies graves

Une des conséquences directes d’une alimentation à base de produits gras et raffinés est l’athérosclérose, c’est-à-dire l’encrassement des artères par des dépôts de cholestérol et de graisses. Ce phénomène n’atteint pas uniquement les personnes âgées. Sur un graphique éloquent présenté en diapositive, le Dr Diehl montre que dans les pays industrialisés, à la naissance nous naissons avec des artères propres, donc obstruées à 0%. A l’âge de 20 ans, à cause de la nourriture trop grasse et trop riche en produits animaux, ce pourcentage passe déjà à 20% en moyenne; à l’âge de 40 ans, les artères sont bouchées à 40% ; à 60 ans à 60% et ainsi de suite. L’obstruction complète des artères qui signifie l’arrêt d’apport en oxygène aux organes vitaux a bien sûr des conséquences désastreuses. Si les artères alimentant le cœur (artères coronariennes) sont bouchées, survient un infarctus. L’obstruction des artères menant au cerveau entraîne une attaque cérébrale. Les conséquences sont, sinon fatales, souvent tragiquement invalidantes.

Les traitements invasifs ne s’attaquent pas à la cause

Les réponses du corps médical traditionnel aux problèmes cardio-vasculaires sont les traitements médicamenteux  (pour faire baisser le taux de cholestérol, diminuer la pression sanguine etc.) avec leurs fréquents effets secondaires indésirables. Dans le cas des maladies coronariennes graves, les chirurgiens pratiquent un pontage. Mais insiste le Dr Diehl, cette opération, par ailleurs coûteuse, ne guérit pas la cause. Et bien souvent quelques années plus tard, l’artère nouvellement pontée s’encrasse à nouveau, ce qui nécessite une opération supplémentaire. De plus l’athérosclérose touche l’ensemble des artères, causant des problèmes dans tout l’organisme et pas seulement pour le cœur ; l’athérosclérose génère des troubles de la vue, l’impuissance masculine, des problèmes rénaux, etc.

Au cœur de la thérapie : l’alimentation

Il faut donc s’attaquer à la racine du problème : le style de vie et en particulier l’alimentation. Contrairement aux végétaux, tous les produits animaux contiennent du cholestérol et des graisses saturées, principales causes de l’obstruction des artères. Les produits industrialisés contiennent des quantités beaucoup trop élevées de sel, qui entraîne l’hypertension. Ils sont également beaucoup trop riches en graisses et/ou en sucre. Il est donc impératif de réduire drastiquement, sinon supprimer ces produits de son alimentation.

Le témoignage du Dr Michael Klaper, médecin praticien

Pour illustrer son propos, le Dr Diehl montra un extrait du film vidéo qui présente le témoignage du Dr Michael Klaper, qui explique comment, alors qu’il travaillait comme anesthésiste dans un hôpital, il prit conscience de l’impact de l’alimentation sur les maladies cardiaques. Lorsqu’il dut pratiquer une analyse sanguine d’un patient admis d’urgence à l’hôpital pour un infarctus, le Dr Klaper observa dans l’éprouvette la composition du sang de son patient. Il remarqua avec stupeur que le liquide du plasma sanguin était gras et visqueux au lieu d’être léger et transparent. Il demanda alors au patient ce qu’il avait mangé. Et sa réponse : « des cheeseburgers, des frites et un milkshake » lui fit réaliser que la graisse opaque qui se trouvait dans l’éprouvette provenait directement des produits animaux gras que son patient avait consommés. Le lendemain, le Dr Klaper qui assista à l’opération à cœur ouvert de son patient se rendit compte que les filaments graisseux et épais que le chirurgien extrayait des artères coronaires étaient le résultat d’années d’erreurs alimentaires. Depuis, à l’instar du Dr Diehl et d’un nombre croissant de médecins aux Etats-Unis, le Dr Klaper s’est engagé pour une médecine basée sur l’amélioration du mode de vie et en faveur d’une alimentation végétalienne.

Inverser les maladies coronariennes : l’étude révolutionnaire du Dr Ornish

S’il est à présent de plus en plus admis qu’une alimentation végétarienne stricte constitue le meilleur moyen de prévenir les maladies de civilisation, des études reconnues scientifiquement ont montré qu’elle peut également en inverser le cours.
En 1990, le journal médical anglais le Lancet a publié une étude révolutionnaire du médecin américain Dean Ornish qui a suivi durant une année 50 patients atteints de maladies cardio-vasculaires. Les patients avaient été répartis en deux groupes. Le premier groupe a suivi le régime alimentaire recommandé par l’Association américaine de cardiologie, moyennement riche en graisses et comprenant du poisson et de la viande blanche. Après une année, aucune amélioration n’a été constatée pour ce groupe de patients. Le deuxième groupe de patients a suivi une alimentation strictement végétalienne pauvre en graisse, prônée par des médecins progressistes tels que le Dr Diehl, et les résultats ont été spectaculaires. Après une année, il a été constaté une baisse du taux de cholestérol, les plaques de cholestérol qui bouchaient partiellement les artères coronaires ont diminué et la presque totalité des participants n’ont plus ressenti de douleurs dans la poitrine. Cette étude a prouvé au monde scientifique que le processus d’athérosclérose peut donc non seulement être prévenu, mais également arrêté et même inversé par une alimentation strictement végétale pauvre en graisses, en sucre et en sel et riche en fibres et en amidon.

La percée des méthodes de thérapie par le mode de vie

Les travaux du Dr Ornish ont ouvert une brèche dans le monde scientifique. De nombreuses études épidémiologiques et cliniques ont suivi, démontrant les bienfaits de l’alimentation végétale pour les malades. Ainsi, le Dr Caldwin Esselstyn médecin à l’Hôpital de Cleveland, hôpital renommé en chirurgie cardiaque, a suivi durant douze années une vingtaine de patients jugés dans un état si désespéré qu’ils n’étaient même plus opérables. Douze années après avoir suivi un régime végétalien strict, tous les patients ont vu leur état s’améliorer significativement et leurs symptômes régresser drastiquement. Pas un seul accident cardiaque n’a été à déplorer alors qu’avant l’expérience, pendant qu’ils étaient suivis par le meilleur hôpital réputé dans ce domaine et qu’ils bénéficiaient de la meilleure technologie, ces douze patients avaient été victimes de 86 accidents cardio-vasculaires !

Monsieur Brenner : l’histoire d’un participant récalcitrant…

Les méthodes prônées par le Dr Diehl et par tous les médecins progressistes sont très simples et très efficaces…mais le passage à la pratique est plus compliqué. Surtout pour des personnes qui ont toujours été habituées à consommer de grandes quantités de produits animaux et d’aliments industriels et qui n’ont jamais, par elles-mêmes, remis en cause leurs pratiques. C’est là que les programmes CHIP apportent une aide décisive pour les patients en les encadrant et les encourageant dans leur démarche.
Des patients, le Dr Diehl en a donc rencontré un grand nombre, des plus coopératifs aux plus sceptiques. Parmi ces derniers, M. Brenner, que le Dr Diehl décrit comme étant spécialement réfractaire. Gravement atteint de maladie cardiaque, M. Brenner prenait un nombre impressionnant de médicaments et avait subi plusieurs opérations du cœur. Il ne pouvait pratiquement plus effectuer d’efforts sans ressentir des douleurs dans la poitrine. Grand amateur de chasse et de pêche, M. Brenner ne concevait pas un repas sans viande. Il racontait fièrement que les cinq frigos de sa cave en était remplis. Amené au programme CHIP par sa femme, M. Brenner se montra d’emblée franchement hostile aux méthodes recommandées par le Dr Diehl. Mais les preuves scientifiques apportées par le Dr Diehl lors des conférences présentées tout au long des 30 jours que dure le programme CHIP finirent par convaincre M. Brenner de changer son alimentation. Trois mois plus tard, au cours d’une réunion destinée aux anciens participants du CHIP, M. Brenner expliqua ses progrès extraordinaires. Quelques mois plus tard, M. Brenner put même repartir en vacances d’où il envoya au Dr Diehl une photo de lui…en train de pêcher un gros poisson. La photo, montrée en diapositive par le Dr Diehl lors de la conférence suscita une vague de protestation dans le public. Mais le Dr Diehl s’empressa d’expliquer que M. Brenner avait écrit au dos de la photo « Maintenant je relâche tous les poissons que je pêche :  because now I am a vegetarian… »

Après la théorie, la pratique : une collation végétalienne

Après la conférence, ponctuée par l’histoire du pêcheur-chasseur devenu végétarien grâce au programme CHIP, le public fut invité à déguster de succulentes spécialités végétaliennes préparées spécialement pour l’occasion par le cuisinier de l’Hôtel Continental. Le Dr Diehl offrit par ailleurs une quarantaine d’exemplaires de son excellent livre « Health Power » et le public put se servir de l’abondante documentation en français, en allemand et en anglais préparée par l’ASV, notamment la traduction en bref de ce livre.

C’était la première fois qu’en Suisse Romande, l’ASV se lançait dans l’organisation d’une conférence d’une telle envergure. Le succès a été au rendez-vous. Nous remercions chaleureusement le Dr Hans Diehl, venu bénévolement faire son exposé pour le public de Suisse Romande, pour la confiance qu’il nous a accordée et pour ce moment de partage privilégié qu’a été sa conférence. Tous nos remerciements vont aux personnes qui ont participé à la mise sur pied de cet événement en particulier Renato Pichler le président de notre association qui a fait le trajet depuis Sennwald pour assister à la conférence, Gail Kaufmann pour sa précieuse aide à la traduction, Nicole Rudaz pour son aide au stand et à la réception des invités, et Laurent Rochat qui a réalisé une vidéo de la conférence et qui avait eu l’excellente idée d’insérer des annonces dans Lausanne-Cités et GHI pour annoncer la conférence. Un grand merci aux membres qui se sont déplacés et qui ont ainsi témoigné leur soutien (ô combien apprécié!) à notre conférence et par là même à notre mouvement. Et last but not least (pour finir), merci à Renée, documentaliste de l’ASV et déléguée pour la Suisse Romande pour son travail d’organisation et de documentation.
La vidéo de la conférence et une documentation sur la conférence seront prochainement disponibles.

Christina et Renée Maier