Kopf SVV-Mitgliedschaft Breite einstellen

Die SVV heisst seit 2014: Swissveg

Unsere neue Homepage finden Sie hier: www.swissveg.ch


Seite veraltet!
Diese Seite wird nicht mehr aktualisiert! Unsere aktuellen Infos finden Sie auf unserer neuen Homepage: Swissveg.


Diese Seite wird nicht mehr aktualisiert.
Wir heissen seit 2014 Swissveg und sind nun hier zu finden: www.swissveg.ch

Des études scientifiques innocentent les nitrates contenus dans les légumes !

Le problème de la haute teneur en nitrates de certains végétaux, par exemple les salades, a souvent été un argument avancé pour « prouver » à nous, végétariens, que l’alimentation végétale n’était pas aussi saine que nous le pensions. Nous étions bien sûr convaincus que ces critiques étaient infondées, car nous savons par expérience que les végétariens sont généralement en meilleure santé que les omnivores, toutefois le problème des nitrates n’était pas sans nous turlupiner parce que dans ce cas précis nous n’avions pas de réponse percutante à faire valoir à nos détracteurs...

Pas de lien entre nitrates et cancers

Quelle bonne surprise donc de lire un article très bien documenté sur ce sujet paru dans le Temps du 18 janvier et signé Anne Crisinel qui fait le point sur les recherches et observations effectuées sur le lien entre la consommation de nitrates et certaines maladies, et qui met fin aux idées reçues : « aucune corrélation positive n’a pu être établie entre la consommation de salades, même riches en nitrates et l’apparition de tumeurs. Mieux l’inverse a été clairement démontré : manger beaucoup de végétaux permet de réduire le risque de cancer ». Excellente nouvelle donc pour les végétariens dont la consommation de nitrates est de 200 à 400 mg par jour, contre 50 à 100 mg chez les omnivores.
Si les nitrates étaient soupçonnés de favoriser le cancer, c’était que dans les années 60, certains scientifiques avaient conclu à tort que, dans l’estomac, ils se transformaient en nitrosamine, composé cancérigène. Mais il y a une dizaine d’années, des chercheurs sont arrivés à des résultats différents « Des expériences sur des volontaires ont montré que l’absorption de fortes doses de nitrates influait peu la quantité de nitrosamines formés dans l’estomac ».
L’autre preuve de l’innocence des nitrates avancée dans cet article nous fait particulièrement plaisir puisqu’elle fait référence à l’observation épidémiologique des végétariens, méthode simple mais très rarement utilisée par la science médicale: « les végétariens qui absorbent des teneurs plus grandes de nitrates ne souffrent pas davantage de cancers…Les études ont au contraire prouvé qu’une forte consommation de fruits et légumes est corrélée à une diminution du risque de cancer ».

Les nitrates ne sont pas responsables de la maladie bleue du nourrisson

L’article nous apprend encore que l’accusation longtemps portée aux nitrates de provoquer la méthémoglobine ou maladie bleue du nourrisson est également infondée. Cette maladie a en effet de quoi effrayer puisqu’elle entraîne la mort du bébé par asphyxie. Des études récentes ont montré que les nitrates n’étaient pour rien dans cette maladie!

Bienfaits des légumes: l’Office fédéral de la santé publique va mener campagne

Fort de ces constatations, l’OFSP, qui avait noté qu’à chaque fois que l’annonce de dépassement de normes de teneur en nitrates était relayée par la presse, la population diminuait sa consommation de légumes, vient de décider de relever les valeurs limites. Le but est d’éviter d’alarmer inutilement les consommateurs en les détournant des aliments qui sont en réalité bénéfiques pour leur santé. Mieux encore, « L’OFSP entend même aller plus loin : il projette de mener des campagnes pour promouvoir la consommation de fruits et légumes de saison ».
Nous nous réjouissons de cette campagne et des efforts de l’OFSP pour promouvoir la consommation de végétaux. Nous espérons que l’OFSP franchira l’étape supplémentaire qui est de recommander clairement à la population d’adopter une alimentation végétarienne. Histoire d’aller au bout de sa logique.

Christina Maier